odilon

artiste aux mains pleines de doigts - visionscarto.net

  • Joëlle Léandre : Lettre ouverte aux Victoires du Jazz - Le son du grisli
    http://grisli.canalblog.com/archives/2017/12/15/35960093.html


    #Bravo #Joëlle !!!

    Chers Messieurs,

    Non ! Que ce soit rance, trop vieux ou trop tard (il est vrai qu’avec les réseaux tout va si vite, j’oserais dire tout s’oublie vite aussi…), là, ce soir, sans farce et sans force, je refuse de me taire, de passer l’éponge, d’oublier...

    J’accuse, et je prends seule la responsabilité d’écrire car trop c’est trop (même une pantalonnade... Daniel, un producteur, se reconnaîtra). Tous ces Prix, ces Distinctions, ces Victoires du Jazz (ou plutôt Défaites du Jazz... Joël, d’un certain fanzine, se reconnaîtra), m’interpellent et me poussent à la réflexion. Je suis désolée, mais au vu des résultats des Victoires du Jazz et au look de ces quinze pingouins unis et souriant au-delà de leur talent (j’en connais plusieurs et je joue même avec certains), tout cela me questionne.

    Comment se fait-il qu’il n’y ait aucune femme jeune ou moins jeune parmi les nommés de 2017 ? Est-ce une provocation ? Un jeu ? Un je-m’en-foutisme ? Quel jury décide de cela ? Les labels, les agents sont-ils derrière tout ça ? Comment se fait-il qu’au XXIe siècle, encore et encore, aucune femme ne soit nommée ? Mais c’est quoi cette mascarade, cet archaïsme, ces décisions de salons perruqueés antiques et poussiéreuses ?

    Le Jazz ne s’est pas arrêté en 1950. Certains et certaines osent, proposent, provoquent et se questionnent en terme de formes, de structures, d’instrumentation, de rythmes et de timbres... et tant et tant... Le Jazz n’a été que rencontres, risque et aventure. C’est quoi ce bazar ? pense-t-on en voyant et en lisant ces résultats.

    Vous ne pensez pas qu’une femme puisse réfléchir, composer, avoir des projets, des groupes, en leader… filer sur les routes et proposer sa musique ? Mais où en est-on ? Comment voulez-vous qu’une jeune femme qui sort d’un conservatoire (ou pas), jouant super sa clarinette, son sax ou son piano n’ait pas ce sentiment. Elle peut être attirée par une autre musique : plus libre, plus créative, une envie d’aventure, la curiosité d’aller ailleurs.

    Être attirée par le Jazz (car le Jazz a toujours été une musique créative, le reste... je ne développe pas… je pourrais…). Bref, d’aimer cette Musique et voir et lire encore et encore vos résultats masculins ! Seriez-vous indifférents ? Sorry, c’est honteux. Je vous ai dit que je prenais seule le risque de vous écrire, je le fais ! Alors, au contraire, allez vers elles, accueillez-les, écoutez-les ! Soyez curieux au lieu de vous coller, de vous agglutiner comme dans tous ces bistrots, tous, entre copains avec vos petits pouvoirs. Oui, il y a de la colère.

    J’ai 66 ans et depuis 41 ans je suis sur les routes, dans le monde entier, avec mes potes (et quelques potesses) à jouer, créer, inventer ma Musique... crier même ! Croyez-vous que c’est moi qui ai appelé Steve Lacy, Anthony Braxton, George Lewis, Peter Brötzmann ou Marilyn Crispell et tant d’autres en Europe (ou des plus jeunes) et qu’on joue du Mozart ou du Monteverdi ensemble ?

    Arrêtons ! C’est du désir tout ça. Désir d’être, d’être Soi, de créer. C’est du collectif aussi où l’improvisation est majeure. Hommes et Femmes, Femmes et Hommes, et c’est toute l’histoire du Jazz ! Maintenant, avec les femmes aussi, n’oubliez pas ! Ne les oubliez plus ! Elles sont brillantes, fortes, dérangeantes, pleines de talent, de surprises, parfois riantes et bosseuses.

    À bon entendeur, salut !

    Joëlle Léandre - décembre 2017

    #récompense #sexisme #musique #jazz

    Les Diaboliques : Jubilation 1
    https://www.youtube.com/watch?v=uRyVL916YnM

    • Je conseil cet article sur les femmes et le Jazz :

      Tenter, rentrer, rester : les trois défis des femmes instrumentistes de jazz

      https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2008-1-page-87.htm

      À l’aube du XXIe siècle, l’accès des femmes aux fonctions et aux professions les plus élevées reste difficile. Un « plafond de verre » semble ainsi limiter leur présence dans les professions et les positions sociales les plus prestigieuses (Maruani, 2005 ; Reskin, Padavic, 2002). Les mondes de l’art apparaissent aussi largement fermés aux femmes comme l’ont montré les récents travaux menés sur l’univers des « musiques populaires » (Buscatto, 2003, 2007 ; Ortiz, 2004 ; Whiteley, 1997), des arts plastiques (Lang, Lang, 2001 ; Pasquier, 1983 ; Trasforini, 2007), de la musique classique (Escal, Rousseau- Dujardin, 1999 ; Goldin, Rouse, 2000 ; Graber, 2004 ; Ravet, 2003), de la danse (Faure, 2004 ; Sorignet, 2004) ou de la littérature (Naudier, 2007 ; Saint Martin de, 1990).
      2

      Plusieurs explications sociologiques sont ainsi avancées, de manière autonome ou articulée, pour analyser les causes d’une telle ségrégation verticale. Une discrimination, souvent inavouée et difficile à prouver, peut expliquer la faible présence des femmes dans certaines activités artistiques, à l’image des musiciennes d’orchestre américaines qui ne doivent leur entrée plus régulière dans les orchestres qu’à l’usage systématique du paravent lors des auditions de recrutement (Goldin, Rouse, 2000). La difficulté de certaines femmes artistes à envisager ou à vivre l’articulation entre une vie professionnelle très prenante et une vie personnelle – dont elles gardent la charge principale – les éloignerait d’une carrière artistique au profit de l’enseignement, notamment (Pasquier, 1983 ; Ravet, 2003). En outre, un fonctionnement encore très « masculin » du monde du travail concerné – réseaux sociaux, conventions musicales, normes d’interaction – inciterait certaines femmes, et une partie des hommes, à se retirer d’un milieu jugé peu accueillant qui ne les considère pas comme des collègues « à part entière » (Buscatto, 2007 ; Lang et Lang, 2001 ; Ortiz, 2004). Des représentations et des stéréotypes sociaux sexués tendent à exclure les femmes de l’exercice d’un art ou à les cantonner dans des rôles précis souvent moins légitimes – par exemple une écriture spécialisée sur des sujets « féminins » (Bielby, Bielby, 1996) ou l’exercice amateur du piano (Lenoir, 1979). Des socialisations, différenciées dès le plus jeune âge, joueraient également dans ce sens puisque les jeunes femmes tendent à s’orienter de manière « naturelle » vers des pratiques dites féminines, à l’image du choix de certains instruments – harpe, piano ou voix (Buscatto, 2005 ; Ravet, 2003).
      3

      Le monde du jazz français offre un terrain privilégié pour étudier cette question de la « ségrégation verticale » de manière renouvelée. C’est un monde de l’art très masculin : 8 % des deux mille musiciens de jazz [1]
      [1] Ces chiffres et pourcentages, nécessairement approximatifs,...
      sont des femmes. De plus, alors qu’environ 65 % des chanteurs sont des chanteuses, les femmes constituent moins de 4 % des instrumentistes. Certains instruments se révèlent également plus « féminisés » que d’autres, à l’image du violon (9 %) ou du piano (environ 6 %) tandis que d’autres s’avèrent très peu « féminisés » – batterie (moins de 2 %), basse (aucune femme auto-déclarée), guitare (moins de 1 %) ou trompette (moins de 2 %). Et même les plus anciennes et les plus reconnues par leurs pairs, les programmateurs ou le public, n’évoluent dans ce monde que de manière secondaire et marginale. Les femmes instrumentistes sont encore peu nombreuses [2]
      [2] Au regard des avancées à l’œuvre, par exemple, dans...
      et reconnues alors qu’une majorité de critiques, d’instrumentistes et de programmateurs de jazz regrettent leur absence de manière répétée.
      4

      Une enquête ethnographique menée dans le monde du jazz depuis 1998 me permettra d’expliquer ces phénomènes de ségrégation sexuée. J’ai ainsi reconstitué les trajectoires de vie d’hommes et de femmes instrumentistes afin d’analyser simultanément les modes « masculins » de fonctionnement de ce monde de l’art et les trajectoires de vie de ces femmes et de ces hommes musiciens (Buscatto, 2007) [3]
      [3] Pour des raisons de confidentialité, je ne mentionnerai...
      .
      5

      J’expliciterai d’abord la difficile insertion des femmes instrumentistes de jazz français dans un monde professionnel saturé, hiérarchisé et précaire. Deux moments de la socialisation professionnelle semblent particulièrement importants lorsqu’on s’intéresse à la périlleuse féminisation du jazz français. D’un côté, au cours de leur jeunesse (jusque vers 30-35 ans environ), les femmes instrumentistes d’hier et d’aujourd’hui sont « sursocialisées » quand elles accèdent à un monde qu’elles apprécient alors pour ses caractéristiques « masculines ». Mais à mesure qu’elles prennent de l’âge, ces femmes voient leur position se fragiliser et devenir plus marginale, quel que soit le niveau de réputation acquis dans le passé ou le présent. En se cumulant, les conditions de vie personnelles, familiales, musicales et professionnelles multiplient leurs difficultés d’insertion dans le monde du jazz français.