• Bonjour

    Petit message pour dire à celles et ceux qui me suivent que ce compte n’est plus guère qu’une archive des quelques chroniques que j’y avais postées.
    La totalité des De quels droits restant ici
    https://www.politis.fr/blogs/de-quels-droits-17

    L’intéressant c’est pourquoi. J’ai cessé de travailler et d’écrire pour Politis et autres médias, une pathologie assez particulière m’empêchant d’utiliser les outils de communication et de vivre dans un milieu saturé de champs électromagnétiques. Ca s’appelle EHS Electrohypersensibilité. Et il y a bcp à en dire. Comptez sur moi, j’y travaille avec crayons et papier. Et ça ne sera pas triste !

    #Electrohypersensibilité #EHS #livre_à_venir #4G #CEM #champs_électromagnétiques

    • https://connect.ed-diamond.com/MISC/MISC-044/Emanations-electromagnetiques-compromettantes-des-claviers-filai

      ÉMANATIONS ÉLECTROMAGNÉTIQUES COMPROMETTANTES DES CLAVIERS FILAIRES ET SANS FIL
      MISC n° 044 | juillet 2009 | Martin Vuagnoux - Sylvain Pasini
      Creative Commons
      Radio et wireless Sécurité
      Les claviers d’ordinateurs sont souvent utilisés pour transmettre des informations sensibles comme des mots de passe. Puisqu’ils sont constitués de composants électroniques, les claviers émettent inévitablement des ondes électromagnétiques. Ces émanations peuvent être compromettantes en révélant par exemple quelle touche a été frappée. Dans cet article, nous décrivons une nouvelle méthode pour détecter les éventuels signaux compromettants d’appareils électroniques. Nous avons appliqué cette méthode aux claviers d’ordinateurs filaires et sans fil et nous avons découvert quatre différentes techniques qui reposent sur quatre différents signaux compromettants, permettant de recouvrer partiellement ou complètement les touches frappées à distance. Tous les claviers testés (PS2, USB, sans fil, ordinateurs portables) sont vulnérables à au moins une des quatre techniques. La meilleure attaque permet de recouvrer plus de 95 % des frappes d’un clavier à plus de 20 mètres de distance. Nous en concluons que les claviers actuellement utilisés ne sont généralement pas suffisamment protégés contre ce type d’attaque.