• ""L’action des femmes n’a jamais été qu’une agitation symbolique ; elles n’ont gagné que ce que les hommes ont bien voulu leur concéder ; elles n’ont rien pris : elles ont reçu. C’est qu’elles n’ont pas les moyens concrets de se rassembler en une unité qui se poserait en s’opposant. Elles n’ont pas de passé, d’histoire, de religion qui leur soit propre ; et elles n’ont pas comme les prolétaires une solidarité de travail et d’intérêts ; il n’y a pas même entre elles cette promiscuité spatiale qui fait des Noirs d’Amériques, des Juifs des ghettos, des ouvriers de Saint-Denis ou des usines Renault une communauté. Elles vivent dispersées parmi les hommes, rattachées par l’habitat, le travail, les intérêts économiques, la condition sociale à certains hommes - père ou mari - plus étroitement qu’aux autres femmes.
      Bourgeoises elles sont solidaires des bourgeois et non des femmes prolétaires ; blanches, des hommes blancs et non des femmes noires.
      Le prolétariat pourrait se proposer de massacrer la classe dirigeante ; un juif, un noir fanatiques pourraient rêver d’accaparer le secret de la
      bombe atomique et de faire une humanité tout entière juive, tout
      ente noire ; même en songe la femme ne peut exterminer les mâles
      Le lien qui l’unit à ses oppresseurs n’est comparable à aucun autre.
      La division des sexes est un donné biologique, non un moment de l’histoire humaine. " @mad_meg

    • Merci @unagi
      Et pas d’accord avec Beauvoir. C’est une vision qui doit précédé son engagement féministe. Engagement tardif et depuis ce propos nous avons des femmes historiennes et une histoire des femmes. Ce qu’elle dit à été valable peut etre a son epoque mais aujourd’hui c’est plus cette configuration.
      cette réplique est vraiment moche « môme en songe la femme ne peut exterminer les mâles »
      Pourtant moi qui suis « la femme » môme dans mes songes j’arrivai très bien à exterminer tous les mâles.

    • Ma traduction, oui en songe la femme peut, individuellement, exterminer les mâles. On ne dépase pas l’état du reve tel que nous pouvons tous le faire. Mais si on peut traduire songe comme utopie ou projet commun alors « elles n’ont pas les moyens concrets de se rassembler en une unité qui se poserait en s’opposant. lles n’ont pas de passé, d’histoire, de religion qui leur soit propre ; et elles n’ont pas comme les prolétaires une solidarité de travail et d’intérêts ; il n’y a pas même entre elles cette promiscuité spatiale qui fait des Noirs d’Amériques, des Juifs des ghettos, des ouvriers de Saint-Denis ou des usines Renault une communauté. Elles vivent dispersées parmi les hommes, rattachées par l’habitat, le travail, les intérêts économiques, la condition sociale à certains hommes - père ou mari - plus étroitement qu’aux autres femmes. »

    • Le phrase sur le songe est au négatif, Beauvoir dit que c’est même pas imaginable pour les femmes de son époque, pour celle de mon époque c’est parfaitement possible. Avec la PMA c’est tout à fait accessible aujourd’hui, avec le clonage en plus on pourrait revenir à la parthénogenèse et se débarrassé pacifiquement de 100% des mâles humains en quelques générations. A l’époque de Simone c’était peut être impensable, aujourd’hui ca me semble techniquement assez simple à faire (du point de vue medicale pas du point de vue politique). Je précise que ces projets d’exterminations font partie des vieux fantasme misogynes et que c’est pas le programme des féministes. Féministe dont Simone de Beauvoir disait ne pas être et si elle a fini par changer d’avis c’est très tardivement et sous la pression très forte des militantes du MLF (Delphy entre autre)

      Avoir une religion propre aux femmes (perso j’en veux pas) c’est possible aujourd’hui , il y a les sorcières Wicca et certaines branches du néo-paganisme avec les trucs de déesse-mère et des branches non-mixtes qui contredisent ce que dit Simone. Il y a des religions de femmes au XXIeme.

      D’autre part les mouvements féministes constituent ce réseau et cette conscience politique des femmes. Quant Simone dit qu’il n’y a pas d’histoire des femmes, ce n’est plus valable aujourd’hui. Il y a une histoire des femmes et Simone en fait partie.

      Dire aussi que le vote, le divorce, et les différents acquis des femmes sont des choses concédés par les hommes est sexiste. Beauvoir nie complètement l’apport des suffragistes et des féministes du XIX saint-simonniennes, communardes... (dont elle ne connaît rien ou pas grand chose, mais c’est normal vu l’époque qui n’avait pas encore d’historiennes féministes).

      Toutes les avancées politiques se font par opportunisme de la part de politicien·nes, mais de là à confisquer totalement leur luttes aux femmes comme le fait Beauvoir il y a des nuances.

      Si les femmes ont obtenu le droit à l’IVG c’est parce qu’elles ont lutées ensemble avec des medecin·es, sages-femmes, militantes et femmes et que les politiques n’ont plus eu le choix tant le nombre de femmes qui se faisaient avorté était important. C’est pas un cadeau accordé, ou alors on devrait le dire de toute chose obtenue par la lutte et tout le temps dans tous les domaines. C’est une avancé que les femmes ont arrachées de haute lutte et elles doivent toujours combattre car le droit à l’IVG est toujours contesté, limité, entouré de moralisation.

      Par rapport au problème de la promiscuité spatiale, internet permet de dépassé ce problème et on l’a vu avec #metoo et on le verra encore. Les assemblées non-mixtes sont aussi des options qui forment une communauté de femmes d’un point de vue spatiale et matériel. Il y a des femmes qui refusent de faire des enfants, de vivre en couple, de coucher avec des hommes, des communautés de lesiennes ou de femmes réfugiées entre elles même si c’est rare. La maison de retraite BabaYaga en est une exemple. tout ceci n’existait effectivement pas du temps de Simone.

      Son choix des mots est aussi représentatif de la grande misogynie de Beauvoir, « agitation symbolique », « elles n’ont rien pris, elles ont reçu » et pour finir par une biologisation de l’infériorité des femmes... « incapable d’imagination »... a lire Simone je me sent une merde de manière ontologique car ca serait dans ma biologie de n’avoir pas d’histoire, pas d’imagination, que mes combats ne soient que de l’agitation symbolique et que les petites améliorations je les doivent au bon vouloir de mes oppresseurs.... Bah non heureusement les féministes ont montré que Beauvoir avait tord sur chaque point de ce paragraphe que tu rapporte.

      Simone de Beauvoir je l’ai lu ado et ca m’avait fait grand bien, puisque j’avais découvert le féminisme à travers elle et puis ma misogynie intégrée était tellement forte à l’époque que j’avais même pas remarqué celle de Beauvoir. Par contre je l’ai relue il y a deux ou trois ans, et c’était une véritable souffrance pour moi tellement cette haine des femmes suinte de nombreux passages. Simone de Beauvoir à eu une grande importance dans l’histoire des femmes (histoire dont elle nie l’existence) mais ce qu’elle dit est largement dépassé aujourd’hui, ce texte en est à mon avis un exemple représentatif.