marielle 🐢

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Projet de réforme du lycée : vers un système éducatif à l’anglo-saxonne ?
    http://lvsl.fr/vers-un-systeme-anglo-saxon

    Cette réforme est symptomatique de la politique mise en place par Emmanuel Macron depuis son accession au pouvoir : tout pour les métropoles, tout pour les plus riches, et les autres n’auront qu’à se débrouiller. En effet, ce projet renforcerait considérablement des inégalités territoriales déjà criantes, entre grandes métropoles et France périphérique.

    Dans les faits, seuls les lycées les mieux dotés auraient les moyens de proposer l’intégralité des neuf couples de disciplines proposés aux lycéens. Dans les établissements à dimension plus modeste, où le nombre d’élèves et donc d’enseignants est plus faible, le nombre de couples de matières proposés pourrait plutôt tourner autour de cinq.

    Dès lors, quelle solution pour les jeunes vivant dans ces espaces déjà délaissés, et souvent économiquement sinistrés ? Les plus favorisés d’entre eux choisiront l’internat du lycée de la grande ville la moins éloignée tandis que le plus grand nombre devra subir son orientation. S’en suivront perte de toute motivation et entrée dans l’enseignement supérieur avec un bagage scolaire qu’ils n’auront pas choisi et qui bridera leurs choix d’orientation...

    • On ne cesse de lire des choses sur les projets des gouvernements successifs, et sur la façon dont on trouve que le système éducatif ne fonctionne pas comme on le souhaiterait, et sur le fait que bon, c’était mieux avant...
      Tiens, même chez le Yéti, y-a des divergences de vue sur l’origine de la baisse réelle ou supposée des systèmes éducatifs occidentaux.
      https://yetiblog.org/debat-comment-la-bourgeoisie-a-triomphe

      Et donc, systématiquement, on oublie de préciser que ces attaques systématiques contre les systèmes éducatifs sont planifiées depuis 30 ans, en particulier par l’OCDE qui noie nos politiques de manuels de casse de tout ce qui fait qu’on n’est plus totalement des ignorants.

      Je ne comprends pas qu’il n’y soit pas systématiquement fait référence, quand on tente de lutter contre ces attaques systématiques, et répétitives. « On le sait ce que vous souhaitez faire : vous souhaitez réduire le coût du baccalauréat, vous souhaitez réduire le nombre de personnels, vous souhaitez favoriser un enseignement à deux vitesses ».

      C’est arrivé à un tel point que les « qui ont des mentions » et qui sont issus de familles plutôt aisées ne trouvent plus de places pour leurs études supérieures autrement qu’en liste d’attente à l’autre bout de la France. Bizarrement, les discours d’explicitation sur cette politique de casse de l’enseignement, finalement, commencent à trouver oreille attentive. Mais y-a encore du boulot, d’autant que, comme je l’écrit ci-dessus, on est encore loin d’utiliser les arguments les moins critiquables.

    • https://www.wto.org/french/tratop_f/serv_f/gatsqa_f.htm

      #AGCS (Accord Général sur le Commerce des Services

      http://meteopolitique.com/Fiches/Privatisation/a1006.htm

      Le sens du mot commercialisation n’est pas encore établi dans le discours néo-libéral. Mais depuis déjà 1988, les syndicats l’utilisent pour expliquer l’ensemble des stratégies mises de l’avant par les néo-libéraux ou conservateurs pour atteindre leur objectif de démanteler l’État.

      Le mot commercialisation est très pertinent lorsque l’on décrit le transfert d’un service public rendu par l’état vers un service public rendu par le secteur privé de l’économie. La pertinence du mot commerce prend toute sa portée.

      #privatisation (en marche forcée)