• La « fermeture du paysage » : au-delà du phénomène, petite chronique d’une construction sociale.
    https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2005-1-page-49.htm

    La fermeture du paysage est l’une des expressions qui reviennent le plus couramment à propos des territoires ruraux, comme une menace qui oblitérerait l’avenir de ces derniers. Ne semblant épargner aucune région [1][1] Si les grandes régions françaises d’openfield ne connaissent..., pouvant toucher des espaces remarquables comme des espaces plus ordinaires, elle suscite nombre d’études et de recherches, et légitime depuis les années 1990 nombre de dispositifs d’intervention publique : opérations groupées d’aménagement foncier (OGAF) puis opérations locales agri-environnement (OLAE), réglementation des boisements, CTE (contrat territorial d’exploitation) collectif (plateau de Millevaches par exemple), etc.

    Prologue : l’annonce de la mort sociale des campagnes
    7
    Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’agriculture ne manque pas d’être fortement concernée par la grande affaire du pays, la modernisation (Jollivet, 2001). Si la préoccupation dominante des années 1950 en matière agricole fut celle de la modernisation technique — ayant pour objectif l’augmentation de la production —, celle des années 1960 concerne l’organisation socio-économique — visant à accroître le revenu des agriculteurs (Houée, 1971). La diminution de la population agricole, non seulement n’est pas un problème, mais est perçue comme le passage obligé vers la modernisation.

    8
    Toutefois, les déséquilibres démographiques de la population agricole (baisse et vieillissement) vont rapidement cristalliser les angoisses d’une société en pleine mutation. Portant leurs regards sur des régions présentant des « conditions naturelles difficiles » (Jollivet, 1966), au premier rang desquelles des régions du Massif central, des scientifiques s’intéressent à la question de savoir « comment l’économie moderne se satisfait […] aujourd’hui d’un milieu naturel pauvre et d’une tradition paysanne élaborée dans cette pauvreté » (Fel, 1962).