• L’immigration au cœur de l’accord #post-Cotonou

    L’accord actuel prévoit que les pays africains réintègrent les immigrants illégaux. Pourtant, un seul accord de retour est opérationnel, celui entre l’UE et le Cap-Vert. Nombre de groupements de la société civile s’inquiètent de l’accent récemment mis par l’UE sur l’immigration.
    « Au départ, le #développement était le pilier principal de l’accord de Cotonou. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’un des piliers. Pour l’UE, la priorité est la migration et la sécurité, puis la croissance économique, et après seulement le développement », regrette un représentant de la société civile à Euractiv.

    https://www.euractiv.fr/section/aide-au-developpement/news/migration-control-must-be-at-heart-of-next-eu-africa-pact-says-eu
    #accord_de_Cotonou #réintégration #renvois #expulsions #aide_du_développement #externalisation

    • L’impasse sur la migration assombrit les relations entre l’UE et l’Afrique

      Le contrôle des migrations en provenance d’Afrique obsède les dirigeants européens. Le sujet pourrait aussi faire dérailler le principal accord politique de l’UE avec le continent africain.

      Les dirigeants européens et africains sont très divisés sur la manière d’aborder la politique migratoire au travers des discussions qui démarrent pour renouveler l’accord de Cotonou.

      Malgré les protestations des dirigeants de l’UE, lors d’une réunion avec son homologue de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat en mai, le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a souligné que « la coopération avec l’Afrique va bien au-delà de la migration » . Il a aussi cité l’expression d’« un partenariat entre égaux » – ce à quoi personne ne croit.

      Le mantra de la Commission européenne est que les outils d’investissement récemment mis en place par le bloc – le Fonds européen d’investissement extérieur et le Fonds fiduciaire pour l’Afrique – destinés au marché africain « s’attaqueront aux causes profondes de la migration ».

      Finalisé en 2000, quand les migrations n’effrayaient pas les dirigeants européens, le contrôle des de l’immigration ne constitue qu’une partie mineure de l’accord de Cotonou. L’accord comprend des dispositions obligeant les pays africains à reprendre les migrants illégaux, mais elles n’ont jamais été utilisées.

      En pratique, le seul accord de retour des migrants que l’UE a conclu avec un pays africain est avec le Cap-Vert, une île d’un peu plus de 500 000 habitants.

      « La migration joue un rôle relativement mineur dans l’accord de Cotonou actuel », assure Carlos Lopes, Haut Représentant de l’Union africaine pour les négociations post-Cotonou.

      Mais de nombreux pays européens ne veulent plus que l’immigration reste un point marginal du pacte. « Pour l’UE, la priorité est la migration, la sécurité, la croissance économique, puis le développement », a déclaré un dirigeant d’une ONG basée à Bruxelles qui participe aux pourparlers.

      L’UE a déjà fait part de son intention de donner la priorité au contrôle des migrations dans le prochain accord, en conditionnant l’aide et les investissements financiers futurs aux pays africains qui redoublent d’efforts pour contrôler leurs frontières.

      « Le nouveau partenariat de l’UE avec l’Afrique doit davantage se centrer sur la migration [politique] », a déclaré Koen Vervaeke, directeur général pour l’Afrique au Service européen pour l’action extérieure (SEAE), lors d’une réunion au groupe de réflexion de Chatham House en mars.

      La préoccupation des pays de l’UE en matière de contrôle des migrations est telle que le mandat de négociation du bloc sur le nouvel accord de Cotonou n’a été approuvé qu’à la fin juin, après avoir été bloqué pendant plusieurs mois par un petit groupe d’États membres dirigé par la Hongrie et la Pologne.

      Les deux pays de Visegrad, qui bloquent depuis deux ans tout quota européen de réinstallation des migrants d’Afrique du Nord, veulent que le chapitre de Cotonou couvrant la réadmission des migrants potentiels des pays ACP qui ne sont pas autorisés à rester en Europe soit considérablement renforcé.

      En échange d’une meilleure politique de retour des migrants illégaux, les responsables de l’UE font la promesse d’assouplir les mécanismes légaux permettant aux migrants africains de se déplacer légalement en Europe.

      Lors du sommet européen de juin, le communiqué approuvé par les dirigeants soulignait la nécessité d’« explorer le concept de centres régionaux de débarquement ».

      Cependant, l’idée d’accueillir des « plates-formes » de migration a jusqu’à présent été rejetée catégoriquement par les pays africains. À commencer par le Maroc, qui a rejeté le concept lors d’un sommet de l’Union africaine le 2 juillet, quelques jours seulement après que les dirigeants de l’UE se sont mis d’accord pour poursuivre l’idée.

      Les plate-formes, une solution de facilité

      « C’est une solution facile et contre-productive », a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Au lieu de cela, les dirigeants africains ont convenu de créer un Observatoire africain des migrations et du développement (OAMD), qui sera basé à Rabat, et se concentrera sur « l’harmonisation des stratégies nationales des États africains et l’amélioration de l’interaction avec les partenaires ».

      Cependant, si les dirigeants africains ont jusqu’à présent refusé d’accueillir les nouveaux centres, Moussa Faki a déclaré que le continent portait sa propre responsabilité dans la crise migratoire, condamnant ce qu’il décrit comme des « actions intolérables » commises contre les migrants africains sur leur propre continent. Ces paroles n’ont pas encore été suivies d’actions concrètes de la part des gouvernements.

      Après plus de trois ans de sommets UE-Afrique sans débouchés concrets sur un accord sur les migrations, il y a peu de signes d’une sortie de l’impasse au cours des 18 prochains mois de négociations. Mais cela ne risque pas de faire dérailler complètement les relations UE-ACP.

      Un « no deal » sur la migration pourrait empêcher la conclusion d’un nouvel accord de Cotonou, mais ce dernier ne serait pas enterré. « Cotonou a le potentiel d’être étendu », a déclaré Carlos Lopes.

      « Je dirais qu’il n’y a aucun risque qu’il n’y ait pas d’accord. Ce n’est pas comme le Brexit. Si nous n’avons pas d’accord d’ici 2020, nous étendrons ce que nous avons déjà. »

      https://www.euractiv.fr/section/migrations/news/impasse-on-migration-clouds-eu-africa-relations

    • Dossier :
      Accord de Cotonou : nouveau départ ou marche arrière ?

      Conclu en 2000 au Bénin, l’accord de Cotonou a façonné les relations entre l’UE et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) durant 20 ans. L’accord expire en 2020 et les négociations autour de son successeur débuteront la semaine prochaine.

      Alors que le premier accord de Cotonou était largement perçu comme un instrument commercial et de développement, les priorités de Cotonou 2 pour les deux parties ont évolué. Les pays européens voient de plus en plus leurs relations avec l’Afrique à travers le prisme du contrôle de l’immigration.

      Quant aux pays africains, ils sont en train de mettre en place leur propre zone de libre-échange au niveau du continent et parleront d’une seule et même voix lors de ces négociations. Les pays des Caraïbes et du Pacifique réclament quant à eux plus d’investissement et de commerce avec l’Europe.

      Toutes ces requêtes sont-elles compatibles ?

      https://www.euractiv.fr/section/all/special_report/eu-acp-relations-after-cotonou-agreement-re-set-re-launch-or-retreat