• Je tombe sur cette étude :

    Sexual deprivation increases ethanol intake in Drosophila.
    Shohat-Ophir G, Kaun KR, Azanchi R, Mohammed H, Heberlein U.
    Science 335:1351-1335 (2012)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22422983

    Elle montre deux choses : 1) que l’on peut mesurer la frustration sexuelle (absence de rapports sexuels) chez les drosophiles mâles et 2) que cette frustration est corrélée avec une plus grande consommation d’alcool. Le tout est lié au fonctionnement d’une molécule (le neuropeptide F ou Y) que possèdent aussi des mammifères et qui pourrait donc être impliquée dans le mécanisme de l’addiction.

    Bien sûr, ça fait rire tout le monde, par exemple ici :

    Chez les mouches, le mâle sombre dans l’alcool par frustration sexuelle
    Le Monde, le 16 mars 2012
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/03/16/science-chez-les-mouches-le-male-sombre-dans-lalcool-par-fru

    On peut déjà se demander pourquoi l’étude ne mesure pas cet effet chez les drosophiles femelles.

    Mais une autre critique est publiée deux ans plus tard :

    Male sexual behaviour and ethanol consumption from an evolutionary perspective : A comment on « Sexual Deprivation Increases Ethanol Intake in Drosophila ».
    Guevara-Fiore P, Endler JA.
    Fly 8:234-236 (2014)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25970263

    Ils remarquent aussi que de nombreux articles ont été publié avec des interprétations anthropomorphiques erronées. En effet, les drosophiles mangent des fruits et leur odorat est guidé par l’alcool émis par les fruits qui pourrissent, et leur rapport à l’alcool est donc très différent de celui des humains. Ils proposent d’autres expériences, en particulier avec des drosophiles femelles. Cela dit, en suivant leur raisonnement, l’analogie chez l’humain serait de manger plus quand on est frustrés sexuellement ?

    J’ai entendu parler de cette histoire, parce qu’un nouvel article vient de paraître :

    Ejaculation Induced by the Activation of Crz Neurons Is Rewarding to Drosophila Males.
    Zer-Krispil S, Zak H, Shao L, Ben-Shaanan S, Tordjman L, Bentzur A, Shmueli A, Shohat-Ophir G.
    Curr. Biol. doi : 10.1016/j.cub.2018.03.039 (2018)
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29681474

    Il ne dit pas grand chose de plus, si ce n’est que, là, c’est l’absence d’éjaculation qui est testée, et les femelles sont donc prises en compte, comme contrôle négatif.

    Au passage, quelques petits détails :
    –On peut remarquer que le premier article s’accompagne d’un erratum, les auteurs ayant « oublié » d’inclure Mohammed, H dans les co-auteurs
    –On peut aussi remarquer dans le dernier article, que l’auteure principal, Galit Shohat-Ophir, s’est déplacée des USA en Israel
    –Du coup il est aussi marrant de remarquer que l’article critique a été écrit par une dénomée Palestina Guevara-Fiore !

    #Drosophiles #Mouches #sexualité #orgasme #frustration #animaux #ethanol #alcohol #addictions et aussi #Palestine

    A rajouter à la compilation d’article sur la sexualité animale et humaine :
    https://seenthis.net/messages/686795