• Frühe moderne Menschen drangen viel weiter nach Eurasien vor als bisher bekannt

    Max-Planck-Institut für Menschheitsgeschichte
    9 avril 2018

    Comme on pouvait peut-être s’en douter (l’histoire est toujours plus complexe qu’on ne le pense), il y a eu beaucoup de sorties d’Afrique. Il y a avait « l’Out of Africa I et II », maintenant, nous avons au moins « Out of Africa III ».

    L’article original en allemand :
    http://www.shh.mpg.de/891362/wusta

    L’article en anglais : Modern deserts of the Arabian Peninsula were once lush grasslands that humans were able to colonize.
    https://www.sciencedaily.com/releases/2018/04/180409112551.htm

    Les déserts modernes de la péninsule arabique étaient autrefois des prairies luxuriantes que les humains pouvaient coloniser.

    La péninsule arabique est considérée depuis longtemps comme étant loin de l’étape principale de l’évolution humaine. Pour comprendre nos origines et notre expansion dans le reste du monde, nous continuons à faire des découvertes remarquables en Arabie Saoudite.

    Le plus ancien fossile Homo sapiens daté directement en dehors de l’Afrique et du Levant.

    Les résultats, publiés dans Nature Ecology and Evolution, détaillent la découverte faite sur le site d’Al Wusta, un ancien lac d’eau douce situé dans ce qui est aujourd’hui le Désert Hyper-aride de Nefud. De nombreux fossiles d’animaux, y compris ceux d’hippopotames et de minuscules escargots d’eau douce, ont été découverts à Al Wusta, ainsi que d’abondants outils en pierre fabriqués par des humains. Parmi ces trouvailles, il y avait un fossile bien conservé et de petite taille, d’une longueur de seulement 3,2 cm, qui fut immédiatement reconnu comme un os de doigt humain. L’os a été scanné en trois dimensions et sa forme par rapport à divers autres os du doigt, à la fois des individus Homo sapiens récents et des os d’autres espèces de primates et d’autres formes d’humains précoces, tels que les Néandertaliens. Les résultats ont montré de manière concluante que l’os du doigt, le premier fossile humain ancien trouvé en Arabie, appartenait à notre propre espèce. En utilisant une technique appelée datation de la série d’uranium, un laser a été utilisé sur de microscopiques trous dans le fossile et mesurer le rapport entre les minuscules traces d’éléments radioactifs. Ces ratios ont révélé que le fossile avait 88 000 ans. D’autres dates obtenues à partir d’animaux associés fossiles et sédiments ont convergé vers une date d’environ 90 000 ans. D’autres analyses environnementales ont également révélé que le site avait été un lac d’eau douce dans un ancien environnement de prairie éloigné des déserts actuels.

    Cette découverte montre pour la première fois que les premiers membres de notre espèce ont colonisé une vaste région du sud-ouest de l’Asie. La capacité de ces premiers peuples à coloniser largement cette région jette un doute sur les points de vue de longue date selon lesquels les premières disséminations hors d’Afrique étaient localisées et infructueuses.

    ... et qu’elles passaient toutes le long des côtes de la Méditerranée.


    http://www.shh.mpg.de/891362/wusta

    #Préhistoire #Moyen-Orient #Arabie_Saoudite #migration #Institut_Max_Planck