• Comment Ankara veut empêcher la libération de la province d’Idleb par Damas ? – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/971412

    L’armée turque a mis en place 12 centres de supervision à Idlib et à Hama dans le cadre d’un accord signé au mois de septembre avec la Russie et l’Iran. Via ces centres de supervision, la Turquie est censée garder un œil sur les zones de désescalade où l’armée syrienne et les rebelles doivent respecter la cessation des hostilités.

    Le centre de supervision le plus proche de la Turquie se trouve à 500 mètres des frontières turques et le plus loin est à Tall Sawwanah, au nord de Hama, à 88 kilomètres de la Turquie.

    Par ailleurs, la Turquie a fait une nouvelle proposition à la Russie sur la mise en place d’une quatrième zone de désescalade qui couvre des parties des provinces de Lattaquié, de Hama, d’Alep et d’Idlib, cette dernière étant la région la plus importante que contrôlent les groupes armés en Syrie.

    Cette initiative turque intervient au moment où les habitants des deux localités loyalistes de Fouaa et de Kefraya ont été tous évacués.

    L’initiative turque prévoit le rétablissement de l’électricité et de l’eau, la réouverture de centres qui offrent des services vitaux, le déblocage de la route reliant Alep à Damas et la destruction de postes de contrôle et des remblais qui se trouvent sur une route reliant Dar Ta’izzah à Alep.

    Dans ce droit fil, la Turquie a demandé à tous les groupes armés opérant surtout dans le nord de la Syrie et dans d’autres régions de prendre part à une conférence générale avec pour thème l’avenir d’Idlib, étant donné les récentes évolutions dans le sud de la Syrie. Hayat Tahrir al-Cham, le Gouvernement de salut et la Coalition nationale syrienne comptent parmi les groupes armés qui prendront part à cette conférence de deux semaines.

    Selon les sources proches de cet événement, « Ankara va demander à tous ces groupes de déposer leurs armes lourdes et semi-lourdes en échange de la formation d’un nouveau groupe baptisé “Armée nationale” qui sera composé de tous les groupes armés ».

    Les mêmes sources réaffirment que la Turquie entend mettre sur pied une association homogène de groupes civils avec pour mission de s’occuper des activités sociales et de fournir les services nécessaires, sous la supervision d’Ankara.

    La réalisation de ce plan B turc nécessite des mois et beaucoup d’efforts et tout cela pour que le gouvernement d’Ankara puisse faire face à une opération militaire russo-syrienne à Idlib.

    D’autre part, le chef d’état-major de l’armée turque a annoncé que les militaires turcs et américains avaient déployé 17 patrouilles dans les localités entre la zone d’opération du Bouclier de l’Euphrate et la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, afin d’empêcher tout affrontement entre les Kurdes et les forces soutenues par la Turquie.

    farce de la #révolution_syrienne

    • http://spanish.almanar.com.lb/223819
      “Las fuerzas del gobierno sirio están obligadas a dar los pasos necesarios para responder a las acciones de los extremistas y restaurar la estabilidad”, ha anunciado el Ministerio de Defensa ruso. Para los analistas, esta declaración rusa constituye un respaldo abierto e incluso una invitación a Damasco de que inicie una operación militar en la provincia de Idleb para liberarla del yugo de los terroristas del Frente al Nusra y otros grupos, que en los últimos días han lanzado ataques, a través de drones, contra la base rusa de Hamaimim.

      El comunicado del Ministerio de Defensa ruso fue emitido el viernes (20 de julio) y en él se defiende una batalla futura para la liberación de Idleb y el desmantelamiento de los terroristas que están activos allí.