• Palestinian poet sentenced to 5 months of prison
    July 31, 2018 4:41 P.M. (Updated: July 31, 2018 4:48 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=780562

    BETHLEHEM (Ma’an) — The Israeli Magistrate Court of Nazareth sentenced Palestinian poet Darin Tatour, from the al-Reineh village in northern Israel, to five months of prison and 6 months of suspended sentence on Tuesday.

    The Israeli prosecution accuses Tatour of “incitement and supporting a terrorist organization” for writing a poem criticizing the Israeli occupation and posting it on her personal page on Facebook.

    The Israeli prosecution demanded that Tatour be imprisoned for periods between 15 and 26 months.

    Tatour had previously spent more than 2 years and 8 months between prison and house arrest for writing the poem.

    She said that the decision was “unjust” and that there was no reason for the court to place her under trial in the first place. However, she added that she was not surprised by the ruling.

    She added that she does not trust the Israeli court system, pointing out that the her detention was politically motivated; “democracy is confined to one type of people in this country,” Tatour said pointing out to the discrimination against Palestinian citizens in Israel.

    Tatour was previously detained in October 2015, she was indicted in November 2015 on charges of “incitement to violence and support for a terrorist organization.”

    • La poétesse palestinienne Dareen Tatour condamnée à 5 mois de prison en Israël : Agissez pour la faire libérer
      2 août | Samidoun |Traduction J.Ch. pour l’AURDIP
      http://www.aurdip.fr/la-poetesse-palestinienne-dareen.html

      La poétesse palestinienne Dareen Tatour a été condamnée le 31 juillet 2018 à cinq mois de prison en Israël, apogée d’une saga de presque trois ans d’emprisonnement et de résidence surveillée à la suite de la publication en octobre 2015 d’une vidéo présentant son poème « Résiste mon peuple, résiste leur ». Tatour, 36 ans, a déjà passé trois mois en prison avant de passer les deux années et demie suivantes en résidence surveillée. Le traitement infligé à Tatour en tant que citoyenne palestinienne d’Israël a clairement mis en lumière les conditions racistes, discriminatoires et d’apartheid réservées aux Palestiniens de ‘48, tout en dévoilant la réalité qui se cache derrière les prétentions d’Israël à la démocratie et à la liberté académique.

      Tatour sera le 8 août dans la prison israélienne où elle purgera une peine deux mois de prison, reste de sa condamnation. Elle a été accusée d’incitation il y a plusieurs mois par un tribunal de Nazareth pour ses poèmes et écrits sur les réseaux sociaux. Un certain nombre de dirigeants politiques en Palestine de ‘48 occupée ont assisté à l’audience et des écrivains du monde entier ont exprimé leur soutien à Tatour. PEN International a identifié ce cas comme l’un de ceux qui visent la liberté d’expression.