• Rhône | Des étudiants d’EM Lyon fichaient les filles de leur école
    https://www.leprogres.fr/rhone-69/2018/08/02/des-etudiants-d-em-lyon-fichaient-les-filles-de-leur-ecole

    Sur le mur d’un groupe #Facebook privé animé par des #étudiants de l’#EM_Lyon, environ 120 étudiantes de la même école de #commerce sont jugées, #évaluées et même #notées (de 2 à 17) sur leur apparence physique. Les yeux, les sourcils, la bouche et le reste… Dans de nombreux cas, il est également précisé si les filles sont “maquées” ou non.

    Le groupe, créé en juin 2017, ouvert par des étudiants à leurs camarades (#mâles) sur invitation, s’appelle “Mur pipos 2k17”. Le mot pipos faisant ici plus sûrement référence en argot à la verge masculine qu’aux étudiants de Polytechnique ou de Sciences politiques.

    Les étudiants de la sélective école de commerce, basée à Ecully, s’ennuieraient-ils entre leurs cours ? Sans aucun doute, il a fallu du temps pour construire et remplir ce tableau partagé aux “pipos” (les membres). Il s’agit d’« un véritable processus d’enquête, trop sérieux pour rester du domaine de la plaisanterie », comme le relève un étudiant de l’EM sous couvert d’anonymat. Au total, figurent les noms de plus de 450 jeunes femmes de 17 à 23 ans. La date de naissance étant indiquée pour la moitié d’entre elles. 

    C’est une autre colonne, titrée “#stalking ” qui contient le lien vers le profil Facebook de nombreuses étudiantes. Pour rappel, le terme peut se traduire par harcèlement ou traque furtive. La colonne des adresses courriel, remplie pour l’ensemble des jeunes femmes porte aussi un intitulé évocateur : “send nudes” à savoir l’envoi de photographies dénudées.

    On ne connaît pas le nombre des futurs entrepreneurs et manageurs se livrant à ce “benchmarking” à l’égard de leurs camarades, traitées comme des produits à comparer. S’agit-il de quelques individus isolés, comme l’assure une étudiante qui s’inquiète de la réputation de son école ? Ou bien, sont-ils bien plus nombreux ? Ce qu’affirme le même étudiant choqué de ce fichier sexiste et selon lequel la pratique « fait partie des #traditions estudiantines de l’école ». « Chaque promotion crée son groupe et son tableau Excel », ajoute celui-ci.

    Selon une étudiante, le fichier a fait l’objet d’une communication aux associations en début d’année, mais le groupe ne serait plus actif. Pourtant, c’est bien ces dernières semaines qu’il est (ré)apparu. Quelques étudiants vraisemblablement impliqués n’ont pas répondu à nos sollicitations. Deux autres jeunes gens actifs dans la vie associative de l’école semblent pour leur part très gênés lorsqu’on les sollicite sur ce sujet. L’un d’eux se fend même d’un message aux présidents des associations pour leur recommander la discrétion face aux questions « de la journaliste ».

    Quant au directeur de l’EM Lyon, Bernard Belletante, assure « ne pas être au courant de ce fichier ». « Si cela avait été le cas, nous aurions immédiatement réagi te cela aurait conduit à un conseil de discipline » poursuit vigoureusement le directeur, qui regrette, si les faits sont avérés, que les associations étudiantes n’aient pas informé l’administration.

    #fichage #balancetonporc

    • C’était l’utilisation d’origine de facebook il me semble. Lorsque les filles ou femmes ont des fichiers secrets d’hommes c’est pour se préservé des viols et agressions sexuelles. C’est le cas des listes qui circulait entre les journalistes pour se préservé des politiciens et des actrices vis à vis de producteurs.

      Ici les étudiants ont un fichier pour harceler (ils ont une fonction stalker). 120 étudiants qui n’ont pas fait fuité depuis 2017. Ca me rappel aussi les groupes facebook ou des mecs partageaient des photos de leurs partenaires sexuelles sans qu’elles soient consentantes, j’ai oublié le nom de ce groupe de plus de 50.000 bitard. Connaitre le nombre d’étudiants (masculins moins une portion pour les gays puisque l’article ne parle que de fichage de filles) donnerait une idée du pourcentage de prédateurs sexuels sur une promo d’école de commerce.

    • L’article suggère que la construction d’une telle base de donnée, avec autant d’items à renseigner et de « produits » évalués, exigeait un travail immense qui n’a pu se faire que collaborativement à beaucoup. C’est sûr que c’est un pouvoir, d’évaluer les gens, et que c’est pour ça que l’exercice a eu ce succès auprès des potentiels contributeurs. Moi ça ne me viendrait pas de commenter avec des copines si l’anus de Tom et celui de Seb méritent des godes de 3, 4, 5 ou 6 cm de diamètre...

    • Ça me rappelle ces jeunes Français cherchant un boulot au Japon, dans la cuisine d’une auberge de jeunesse d’Osaka où ils pensaient être les seuls francophones : “Marion Maréchal, elle : zizi dur !” « Ah oui, elle, zizi dur ! » “Ah oui, alors là je confirme, les gars : zizi dur !” Et très contents de continuer avec leur expression de patriarche en gros bébé. Zizi dur, c’est la fonction ultime de la moitié de l’humanité : faire durcir le zizi de l’autre moitié. Apprécier le monde autour de soi au vu d’une réaction physiologique comme ça alors qu’on a été doté d’un cerveau capable de traiter d’autres informations que la conformité d’un physique à celui des critères (de merde) de sa société. (Par exemple le discours de merde de la Maréchal.) Des camarades de promo pas remis de leur job d’évaluateur ?

    • En 2016 on avait découvert le même type de fichier à Assas, mais je sais pas si il y avait la fonction « stalker ».
      http://www.europe1.fr/societe/un-site-polemique-classait-les-etudiantes-dassas-selon-leur-physique-2670285
      Zuckerberk avait crée fessebouc exactement pour la même utilisation, et il semble que ca soit assez rependu et que ca fuite très peu.

      En cherchant des infos sur l’origine de la fuite (la plus part du temps ca viens de femmes, les hommes étant très solidaire entre eux quant il s’agit de nuire aux femmes) j’ai trouvé deux articles qui affirment sans aucune source (dont un qui viens d’un ancien étudiant probablement actif dans ce fichage et l’autre qui le cite en ajoutant des chiffres sorti de son chapeau du coup je prend pas la peine de linké ces stupidités) qui prétend que les étudiantes pratiquent aussi ce fichage. J’imagine que ca doit existé quant même, ne serai-ce qu’en réponse aux hommes pour leur rendre la pareille, puisque les étudiantes savent qu’elles sont classées sur des critères physiques et sexuels. Par contre je doute que ces fichiers comportent la fonction « stalker ».

      Sinon le directeur de l’école, M.Belletante (joli nom) dit qu’il enquêtera à partir du 20 aout (date probable de son retour de vacances qu’il ne compte pas écourté pour une si petite affaire) et n’envisage pas de porté plainte. Ca indique que pour lui c’est pas un grave dommage à l’encontre de ses étudiantes (qui ne pèse pas lourd face au bien être de ses étudiants prédateurs sexuels), ni un grave dommage à l’encontre de son école (EM Lyon à pour vocation de formé des prédateurs y compris sexuels comme @monolecte le soulignait).