• Je voulais écrire sur le racisme pour mon blog mais j’ai l’impression de ne rien avoir de très original à dire. Il y a déjà plein d’intellos qui s’y sont collé·es et ça ne change rien mais j’aurais voulu dire à quel point toute cette haine contre d’autres, des groupes sociaux qu’on a du mal à identifier et dont au final on ne connaît rien, me semble être le résultat d’une ignorance vraiment crasseuse.

    Une copine singapourienne métisse tamoule-chinoise (qui parle français comme vous et moi, c’est à dire beaucoup mieux que 95 % de la population) me disait avoir été régulièrement identifiée en France à une Africaine et interrogée/insultée comme telle, ah ah @reka : « Il y a l’électricité, dans ton pays ? »

    Sur la colonisation, quand tu as été nourri·e de bêtises sur son caractère positif, quand tu gobes les mensonges sur les politiques occidentales « pas du tout prédatrices, non, non » en Afrique, tu te dis que ton pays a assez donné à tout ce monde, que s’ils ne s’en sortent pas c’est leur faute et qu’il faut savoir se prendre en main plutôt que de venir « on n’est plus chez nous ».

    Moi aussi, je gobais le truc sur l’Europe qui a équipé ses colonies en chemins de fer. Et puis j’ai lu Terre d’ébène d’Albert Londres et découvert qu’on n’avait pas « construit un chemin de fer aux nègres » avec nos petites mains mais qu’ils étaient morts par milliers pour des lignes qui leur étaient moins utiles qu’à « nous ».

    Aujourd’hui, en Malaisie par exemple


    vous pouvez observer sur la carte des tronçons « est-ouest » (le plus court chemin vers la mer) qui ne sont plus en usage (sauf celui vers Port Klang qui sert de RER à la capitale) alors que les lignes actuelles, qui innervent le pays, sont « nord-sud ». Ces tronçons, les premiers à être construits (Taiping-Port Weld est la première ligne du pays, c’était le cœur de l’industrie de l’étain), servaient à exporter l’étain ou le caoutchouc, pas à transporter les gens. Pareil à Java, les lignes actuelles sont est-ouest et les lignes désaffectées sont nord-sud, des tronçons qui constituaient le chemin le plus rapide pour les ports. Ça, je l’ai appris sur place ou en cours d’histoire dans le supérieur et c’est pas donné à tout le monde.

    Une fois les croyances établies dans les têtes, on ne peut plus faire grand chose, les lunettes déforment le monde de manière systématique. Par exemple, un biais a fait estimer la taille d’un Pygmée par les autorités douanières de notre pays, il y a quelques années, à 1,50 m alors qu’à l’université où il était chargé de cours tout le monde avait pu constater qu’il faisait plutôt 1,70 m.

    Cette co-construction d’une information et des biais psychologiques, l’ignorance entraînant la peur et réciproquement, est assez flippante dans des cas comme l’exagération dans les pays d’immigration du nombre de Musulman·es (majuscule pour suivre l’usage de Nedjib Sidi Moussa


    qui typographie comme ça les personnes assignées à cette religion). Quand les Français·es imaginent que les Musulman·es dans le pays sont 30 % alors qu’ils et elles ne sont que 7, et que cet écart est le plus gros observé en Europe, on voit comment ignorance et peur se nourrissent l’une de l’autre. Tu as peur ? Tu surestimes. Tu surestimes ? Tu as peur.

    Sur Twitter récemment avec le regretté @jean-no on s’est retrouvé face à un « patriote » convaincu que la criminalité explosait en France. Il s’appuyait sur un essayiste médiatique d’extrême droite et j’ai tenté de lui montrer qu’en matière de criminalité il y avait des recherches plus sérieuses faites sur la base des plaintes en justice, des enquêtes de victimation, qu’il y avait un monde entre notre expérience singulière (aussi vraie soit-elle) et le monde, que nous étions des mini-lorgnettes biaisées par les sentiments et que la sociologie servait à avoir des idées plus justes. JNL en a rajouté avec cette anecdote selon laquelle le visionnage de dix fois le même reportage sur un crime donne l’impression d’avoir vu dix crimes à la fin de la journée. J’ai peur que notre petit « patriote » (assez poli d’ailleurs, pour quelqu’un qui a commencé à menacer JNL de violence pour son appréciation d’un mauvais dessin) soit resté chez lui avec son ignorance, comme tant d’autres.

    Bref, je suis inquiète, en colère et j’ai pitié de tou·tes ces imbéciles qui font l’objet de manipulations, y compris de la part des belles âmes républicaines qui se glorifient de leur « égalité, fraternité » tout en justifiant le racisme d’État et en faisant vivre nombre de fables qui nourrissent le racisme.

    Et je mets un lien vers mon post d’hier sur la #blanchité : https://seenthis.net/messages/714627. J’écris ici que le racisme, c’est mal et que c’est un truc d’imbéciles alors que moi je suis très maligne mais je connais aussi mes préjugés, mes biais et je ne mesure pas l’ignorance sur laquelle ils sont fondés. Petit disclaimer donc pour préciser c’est du racisme le plus crasse et le plus décomplexé que je cause, celui qui s’exprime de plus en plus ouvertement (lien vers https://seenthis.net/messages/714826 que je vais bientôt écouter).

    Voilà ces quelques réflexions qui ne valent pas un billet de blog mais que je voulais poser par écrit.

    • mais j’aurais voulu dire à quel point toute cette haine contre d’autres, des groupes sociaux qu’on a du mal à identifier et dont au final on ne connaît rien, me semble être le résultat d’une ignorance vraiment crasseuse.

      Je ne suis absolument pas d’accord avec ça. Pour moi le racisme n’a rien à voir avec l’ignorance. Plutôt une éducation globale qui associe école, tous les services de l’état, la culture, le spectacle etc et ça marche très bien à des degrés divers selon les personnes, l’intérêt qu’elles peuvent retirer de cette attitude, leur rapport à leur famille d’origine et à la sédition par exemple.

    • « c’est à dire beaucoup mieux que 95 % de la population » un aspect encore occulté du probleme ; + 16OOO FRANçAIS sont morts en creusant le canal de Panama ; mais que pouvaient ils bien faire là bas ?

    • @alain1, c’est un réseau social un peu spécial qui pousse à l’humilité, quand tu vois le niveau des comparses...

      @ninachani, certainement que le racisme d’État n’est pas le fait d’imbéciles mais de personnes qui ont une belle culture et un agenda. Mais au quotidien, je vois des gens qui argument avec des outils pitoyables (fait divers contre étude scientifique, ignorance de l’histoire). Les uns manipulent les autres, leur collent des programmes scolaires merdiques, flattent leur ignorance. Ça marche parce que ça va dans le sens des intérêts de tou·tes les blanc·hes, de dénigrer les autres, mais aussi parce que ça plane vraiment bas, le débat public, et que les gens sont démunis d’outils. Les saletés racistes qu’on entend le plus sont un tissu de bêtises astronomiques, pas seulement des saletés porteuses de valeurs dégueulasses. Si je n’ai encore rien écrit, c’est aussi pour y réfléchir encore un peu en bonne compagnie.

      La vidéo que j’ai postée est la réponse d’une meuf fatiguée de remarques racistes ET ignorantes qu’on lui fait.