Stéphane Bortzmeyer

Homme blanc, hétéro, cis, > 50 ans, diplômé du supérieur, habitant à Paris et abonné à Charlie

  • Avec un rézosocio centralisé (comme Twitter ou SeenThis), il faut faire confiance aux admins car ils peuvent tout savoir des utilisateurs, et censurer/modifier à loisir. Évidemment, sur un service « de proximité » comme SeenThis, il est plus facile de connaitre les admins et de baser sa confiance sur une base un peu sérieuse. (D’autre part, SeenThis n’a pas le concept de messages « privés » donc les utilisateurs savent que tout est public, de toute façon.)

    Avec la fédération (les systèmes décentralisés), on a plein de petits chefs locaux qui jouent au petit dictateur et font ce qu’ils veulent sur leur instance.

    Cet article illustre surtout le deuxième paragraphe (la synthèse sera compliquée : systèmes centralisés et décentralisés ont leurs avantages et inconvénients.)

    https://fieldnotes.resistant.tech/federation-is-the-worst-of-all-worlds

    #fédération #rézosocios #Twitter #décentralisation

    • Une proposition :

      Without building consent and resistance into the protocol and infrastructure, we’re just forcing most users to pick a new dictator for their data without any real basis for that choice.

      Considering that one of the main goals of decentralized systems is privacy preservation, and thus, control distribution, we must develop better models than “the most popular federated instances gain full control over the users interactions”.

      I believe this requires building 2 layers of decentralized communal infrastructure. A privacy preserving persistence layer removed from any application (see also cwtch). And an application layer which can interact with it, and provide features for it (microblogging, social networking, filesharing, collaborative editing etc.)