• 14 septembre 2018 - 19H15
      Rachid Taha enterré en Algérie sur la terre de ses ancêtres
      https://www.france24.com/fr/20180914-rachid-taha-enterre-algerie-terre-ancetres
      SIG (ALGÉRIE) (AFP) -

      Youyous, larmes et incantations ont accompagné la levée du corps du chanteur algérien Rachid Taha, figure du rock français des années 1980 et voix du raï et du chaâbi, inhumé vendredi à Sig dans l’ouest algérien.

      Porté par six pompiers, sa dépouille couverte du drapeau algérien a été mise en terre au cimetière Sidi Benziane, en début d’après-midi après la prière du vendredi, sous quelques nuages.

      Une foule d’anonymes comme de personnalités est venue rendre hommage au chanteur, décédé à 59 ans en France des suites d’une crise cardiaque dans la nuit de mardi à mercredi.

      « Je pleure sans larmes tant le choc est grand », a confié à l’AFP sa mère, Aïcha.

      A 77 ans, la vieille dame observe le défilé incessant des personnes venues présenter leurs condoléances dans la villa familiale qu’elle occupe avec son mari, Ali, en banlieue de Sig.

      Une grande tente a été érigée devant son domicile pour accueillir les visiteurs. « C’est brutal, on ne s’y attendait pas », répètent-ils inlassablement, et parfois, un sanglot transperce le silence.

      Parmi eux, Djilali Taha, un des cousins de Rachid Taha. A 62 ans, Djilali a perdu il y a une semaine son fils de 27 ans. Rachid l’avait alors appelé, se souvient-il, pour pester contre cette vie où « les vieux enterrent les jeunes ». (...)

    • L’une de ses plus célèbres chansons « Ya Rayah » s’adressait à « toi qui t’en vas » et qui « doit finalement revenir ».

      Vendredi, le jour de son enterrement, certains de ses amis se sont souvenus avec nostalgie de son dernier passage en Algérie, il y a dix mois. Mohamed, un voisin, a remarqué que Rachid Taha, lui aussi, est finalement revenu, comme dans la chanson.