Rezo

Le portail des copains

    • Le 1er mai, à Paris, c’est une mousse très spéciale qui a été utilisée. Le canon projetait ainsi « des protéines de viande macérées, mélange de sang séché et d’os broyés », à l’odeur pestilentielle. « Les manifestants ont été réellement surpris, commente un opérateur. Ils ne savaient pas de quoi il s’agissait. »

    • Ces types sont fous. Je sais que la population parisienne est habituée à inhaler pas mal de merdes, mais les risques sanitaires sont probablement assez importants, surtout pour les bébés. Déjà que la pollution de l’air fait environ 2500 morts par an à Paris, c’est peut-être pas la peine d’en rajouter…

      Par ailleurs ça rappelle la « fameuse » Purple Rain de la police du régime d’apartheid, le 2 septembre 1989, à Cape Town
      https://www.youtube.com/watch?v=fTtxPNX1dhs

    • @arno : oui, c’est le Skunk
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Skunk_(liquide)

      La skunk (de l’anglais « skunk », moufette, en référence à ses excrétions nauséabondes) est un liquide chimique nauséabond1 développé par une entreprise privée (Odortec LTD) et utilisé principalement par les forces de sécurité israéliennes depuis 2008 notamment dans les manifestations palestiniennes2. Il répond au besoin d’une alternative au gaz lacrymogène pour le contrôle des foules. Son emploi s’effectue de la même façon que les lances à eau dissuasives lors de rassemblements protestataires afin de disperser les manifestants, ou après les manifestations3.

      Il est également employé à des fins punitives, par l’armée israélienne. En février 2012, il est utilisé sur un cortège funéraire à Hébron (appelé localement Al-Khalil ou Hevron)4. En mars 2013 par exemple, à la suite d’une manifestation contre le Barrière de séparation israélienne clôturant la Cisjordanie, dans le village de Nabi Saleh, l’armée à aspergé les maisons du village5.

      Sa particularité principale demeure dans son odeur persistante (souvent deux ou trois jours, possiblement jusqu’à trois semaines6) sur les cibles aspergées (de tout type, personnes comme bâtiments ou objets).

      La composition de la skunk est gardée secrète mais selon David Ben Harosh, le directeur des développements technologiques de la police israélienne, elle ne contiendrait que des ingrédients naturels (eau, levures), et pourrait être ingérée sans risque7.

      La toxicité de la skunk sur le vivant serait avérée par l’apparition chez l’humain de rougeurs cutanées, ou des problèmes d’estomac dans le cas d’ingestion8.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Skunk_(weapon)

      The company sells a special soap, available to authorities but not the general public, that neutralises the smell of skunk water if officers are accidentally sprayed. It has been suggested that rubbing a surface contaminated with skunk with ketchup, and then washing it off, will diminish the smell.[12]

      foxnews.com/tech/2015/08/20/latest-in-non-lethals-stink-bomb-for-crowd-control.html

      Apparently, Skunk eclipses the stench of its namesake animal.

      Some journalists exposed to Skunk have described as a combination of rotting meat, very dirty unwashed socks and an open sewer.

      The stench is so powerful it drives people to run away and stay away. Reuters described the odor like a “chunk of rotting corpse from a stagnant sewer, placing it in a blender and spraying the filthy liquid in your face.”

    • Pour les odeurs fétides, il semblerait que la chose ait été lancée il y a 10 ans par les Israéliens (police des frontières puis armée). Cf. The Skunk dans
      Proven Effective : Crowd Control Weapons in the Occupied Palestinian Territories, Report by Who Profits Research Center, avril 2014
      https://whoprofits.org/sites/default/files/weapons_report-8.pdf
      3 case studies :
      • gaz lacrymogène
      • systèmes sonores (LRAD, pas encore expérimentés en Occident, en dehors de quelques cas isolés – G20 à Pittsburgh en 2009, p. ex.) https://en.wikipedia.org/wiki/Long_Range_Acoustic_Device
      • la «  moufette  » (skunk), surtout à base de levures, semble-t-il.

    • Ah, ça doublonne…
      Et je sélectionne, doublon aussi, ce passage :

      À terme devraient également être mis en œuvre des PMC, des produits de marquages codés, comme l’indique une touche spécifique dans le « cockpit » des engins. Inodores et invisibles, ils peuvent rester jusqu’à trois semaines sur la peau, beaucoup plus sur les vêtements, et ainsi matérialiser la présence d’un individu dans une manifestation. « Il suffit d’un éclairage ultraviolet pour les mettre en évidence, décrypte un spécialiste. C’est possible y compris depuis un hélicoptère. »

    • J’ajoute pour mémoire un peu de documentation sur le #Skunk

      skunk-skunk.com/121755/About-Us

      A “green” company, #Odortec ’s products are designed to be environmentally friendly, while meeting the highest safety and health standards. We only use ingredients that are proven to be 100% safe for people, animals and plants, as well as harmless to the natural environment.

      skunk-skunk.com/121755/The-Product

      In addition, the Skunk is the most cost-effective solution for law enforcement agencies concerned about keeping down budgetary expenses. Deployment of the Skunk is far less costly than any special riot control equipment or compliance weapon alternatives. With the Skunk, manpower expenses are lowered dramatically, as fewer police officers can quickly and effectively restore order in relatively large area.

      http://observers.france24.com/fr/20140731-eau-sale-putois-police-jerusalem-est-puanteur-massive

      Alors que la procédure d’utilisation de la police israélienne stipule que seuls les manifestants doivent être visés par les canons, l’ONG Association for Civil Rights in Israel (ACRI) et des journalistes sur place rapportent qu’elle n’hésite pas à asperger aussi les murs et les passants.

      (...) Ma sœur vit dans cette rue. Sa cage d’escaliers, qui avait été aspergée, sentait également toujours très fort. Elle m’a dit qu’elle avait essayé tous les produits de nettoyage possibles, du savon, du produit vaisselle, de l’eau chlorée notamment, et que rien n’y faisait. Elle a honte de recevoir des amis avec cette odeur, alors qu’elle n’y peut rien.

      (...) Le fait d’asperger toute la rue, les murs, les portes, les enseignes de magasins, c’est une punition collective : la police n’arrive pas à attraper ceux qui lui jettent des pierres, alors elle sanctionne toutes les personnes autour.

      (Incidemment, @simplicissimus, le LRAD est devenu d’usage plus courant aux États-Unis ou au Canada, et il a été exporté en dehors des pays occidentaux, par exemple en Géorgie ou en Thaïlande. Les Chinois en ont fait une copie et les Israëliens, quant à eux, ont le Shophar, aux effets comparables.)