• Un gros effort sur la typo - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/Un-gros-effort-sur-la-typo

    Et finalement, ça va s’appeler : MASHALLAH ! Enquête sur l’ISLAMISATION de la France par des MUSULMANS qui veulent ISLAMISER la France. (On a fait un gros effort sur la typo.)

    Comme vous l’aurez peut-être compris : ça parle de l’islamisation de la France par des musulmans qui veulent islamiser la France. (Vous noterez qu’on dit bien des musulmans, et pas les musulmans, alors de grâce, épargnez-nous les procès d’intention : nous savons très bien qu’il y en a sans doute aussi deux ou trois qui mangent du cochon et qui boivent de la Jenlain, et ceux-là ne nous posent absolument aucun problème.)

    Ce bouquin est le fruit d’une longue investigation : nos étudiants du Centre de conditionnement des journalistes (CCJ) ont sillonné la banlieue parisienne pendant plusieurs jours, et ils ont recueilli plein d’anecdotes.

    Au début, ces petits prétentieux voulaient plutôt enquêter sur la radicalisation islamophobe de la presse française – mais on les a vite recadrés : si vous voulez devenir des vrais pros de l’info, on leur a dit, intéressez-vous plutôt à des sujets auxquels personne n’a le courage de se confronter, c’est pas parce que vous bossez gratuitement que vous devez vous vautrer dans la facilité.

    L’islamisation de la France par des musulmans qui veulent islamiser la France, par exemple : ça fait bien huit jours que personne n’a osé en parler, ça reste clairement un gigantesque tabou – mais nous, on a quand même fait tomber Richard Nixon, alors autant vous dire qu’on va pas se laisser intimider par la bien-pensance islamo-gauchiste du Canal Saint-Martin.

    Bon, ils ont un peu renâclé au début, mais très vite, ils se sont pris au jeu : quand un prof des écoles de Saint-Denis pourtant peu suspect d’islamophobie – il a un ami qui a passé ses dernières vacances à Essaouira - leur a écrit que des élèves de CM2 avaient construit une mosquée dans les toilettes des filles, ils ont compris qu’on tenait un vrai truc.