Rezo

Le portail des copains

  • L’étude sur les gilets jaunes publiée dans le journal Le Monde : une tribune politique maquillée en propos scientifique - La Rotative
    https://larotative.info/l-etude-sur-les-gilets-jaunes-3105.html

    Le Monde a publié les éléments d’une « enquête de terrain » réalisée par 70 chercheur·es. Les « résultats » présentés arrangent celles et ceux qui veulent croire que le mouvement des gilets jaunes pencherait à (...) Source : La Rotative

    • Cet article qui chipote sur « la science » postule pour sa part que la consistance des #Gilets_Jaunes tient plus aux « relations » passant par internet (avec les stéréotypes, les conspis, etc. qui y prolifèrent) qu’à l’informalité des moments de prise de parole qui trouvent avec ce mouvement place dans l’espace public. À l’appareillage scientifique et quantitatif dont se réclament les profs de méthodo et d’autres rappels à l’objectivité on peut préférer butiner parmi les contenus proposés par les essais des politistes ici dénoncés ou encore les papiers d’Aubenas et d’autres
      https://seenthis.net/messages/744345

      #intime #social #parole

    • La Rotative ne sait manifestement pas faire la différence entre un sondage et une étude de terrain. En sociologie, 166 questionnaires, c’est très loin d’être léger. Et je suis aussi d’accord avec toi, @colporteur sur la volonté de vouloir y coller de force les révolutionnaires de clavier (dont je fais d’ailleurs partie). Il existe pour moi une différence abyssale entre aller se peler le cul sur les ronds-points et y risquer clairement sa peau ou aller bouffer des lacrymos et de la tonfa et liker une vidéo ou s’inscrire à une page qui se dit représenter les gilets jaunes. Et oui, ce qui compte, c’est ce qui fait société : c’est se rencontrer, parler, échanger, etc.

    • – Ca reste important de ne pas colporter des statistiques complètement erronées dans un mouvement particulièrement confus.
      – La dimension Internet de la mobilisation, démarrée par une pétition, entretenue sur les réseaux sociaux… ne peut être éludée d’un revers de main non plus (et l’article ne prétend pas je crois qu’il ne faudrait considérer QUE cet aspect, mais que c’est une partie notable de la mobilisation).
      – Sinon @monolecte il me semble que l’article fait justement la différence entre un sondage et une enquête de terrain.

    • Toute présentation de résultat d’enquête en pourcentage est problématique à l’exception des enquêtes effectuées selon un plan de sondage aléatoire. C’est valable aussi pour les innombrables enquêtes par quotas.

      Le pourcentage est naturellement extrapolateur et il faut, théoriquement, compléter chaque mention d’un pourcentage de quelque chose comme des répondants, soit, ici, % des 166 répondants à l’enquête sur les ronds-points et péages de Bordeaux et sa région, Marseille, Caen et sa région, Rennes, Montpellier, Grenoble et sa région, ce qui est un peu (!) lourd.

      C’est mentionné, en format allégé à quelques reprises dans l’article. Le problème est que le lecteur – et, encore plus, le commentateur, notamment à la télévision – sautera la lourde mention et extrapolera de l’échantillon à la population, même s’il n’en a pas le droit. Bref, tout le monde retiendra le pourcentage et l’appliquera à l’ensemble au choix, des GJ actifs sur les ronds-points, ou «  mieux  » des GJ « tout courts » (au passage quelle est la taille de cette population) ou, comme suggérer plus haut aux GJ « étendus », y compris ceux qui expriment une opinion favorable sur les réseaux sociaux (même question, combien sont-ils ?)

      Par ailleurs, je défie quiconque de faire un plan de sondage aléatoire sur la population ciblée (les GJ actifs en extérieur) qui garantisse l’absence de biais sachant la grande variabilité du phénomène appréhendé (jours de semaine, heure dans la journée ou la nuit, région, type d’action, et j’en passe…) Et donc d’avoir le droit d’utiliser scientifiquement des pourcentages.

      Il faut prendre les résultats pour ce qu’ils sont, à savoir le produit d’un échantillon ad hoc (en clair, bricolé empiriquement). Et bien rappeler le caractère exploratoire des résultats obtenus. Ce qui n’est pas la tendance naturelle (euphémisme) des médias qui préfèrent affirmer des vérités et, quand bien même ils ne le feraient pas, voient leurs informations considérées comme parole d’évangile par les croyants…

    • Les trois articles cités à la fin :

      Syndicalisme et gilets jaunes
      Guillaume Gourgues & Maxime Quijoux, La vie des idées, le 19 décembre 2018
      https://laviedesidees.fr/Syndicalisme-et-gilets-jaunes.html

      Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple »
      Michalis Lianos, Lundi Matin, le 19 décembre 2018
      https://lundi.am/Une-politique-experientielle-Les-gilets-jaunes-en-tant-que-peuple

      Enquête. Les gilets jaunes ont-ils une couleur politique  ?
      Collectif "Quantité critique", L’Humanité, le 19 décembre 2018
      https://www.humanite.fr/enquete-les-gilets-jaunes-ont-ils-une-couleur-politique-665360

      Voir aussi :

      « Gilets jaunes » : une enquête pionnière sur la « révolte des revenus modestes »
      Collectif, Le Monde, le 11 décembre 2018
      https://seenthis.net/messages/743069

      « Le mouvement des “gilets jaunes” n’est pas un rassemblement aux revendications hétéroclites »
      Jean-Yves Dormagen et Geoffrey Pion, Le Monde, le 27 décembre 2018
      https://seenthis.net/messages/747411

      #Gilets_Jaunes

    • Qui sont vraiment les « gilets jaunes » ? Les résultats d’une étude sociologique
      Tristan Guerra, Frédéric Gonthier, Chloé Alexandre, Florent Gougou et Simon Persico, Le Monde, le 26 janvier 2019
      https://seenthis.net/messages/755484

      Voir aussi :
      http://www.enquetegiletsjaunes.fr

      Après dix semaines de mobilisation, comment la police analyse le mouvement des « gilets jaunes »
      Elise Vincent et Nicolas Chapuis, Le Monde, le 26 janvier 2019
      https://seenthis.net/messages/755960