¿’ ValK.

@val_k : photos ~ @karacole : fils de luttes & infos ~ @kolavalk : bijoux, talismans et oripaux

  • Aucune répression, qu’elle soit zadiste, paysanne ou pénitentiaire, n’est acceptable. Il est urgent de mettre en place une justice non-classiste, basée sur le consensus et la réparation... Pour plein de raisons, nous avons échoué à le faire sur la #zad #NDDL. Ce qui se passe aujourd’hui en est la conséquence directe. Et très dommageable.

    [ZAD NDDL] Perquisitions en cours
    https://nantes.indymedia.org/articles/44260

    Notre-Dame-des-Landes. Quatre interpellations dans la zad
    https://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/nddl/notre-dame-des-landes-quatre-interpellations-dans-la-zad-6188734

    Notre-Dame-des-Landes Quatre interpellations sur l’ex-Zad ce matin
    https://www.presseocean.fr/actualite/notre-dame-des-landes-4-interpellations-sur-lex-zad-ce-matin-22-01-2019-

    • La non-création d’un système justiciable n’est pas un échec, puisque normalement celui-ci est acquis de base dans l’éducation, la culture, le relationnel ouvert. On ne monte pas des principes de fonctionnement parallèle sans au moins s’appuyer là-dessus. Le vrai échec tiens dans l’aveuglement plus ou moins volontaire à voir l’infiltration de la lutte, celle-ci, d’autres, les autres.
      Un infiltré propagateur a un jour été mis dans un coffre ; et pour que les flics ciblent ils sont renseignés depuis sur place.

    • On a parlé ici de la bande dessinée de #Seth_Tobocman, Quartier en Guerre, qui raconte sa vie dans les squats de New-York :
      https://seenthis.net/messages/613800

      Rééditée et traduite en français en 2017, Tobocman y a ajouté une postface où il tente d’analyser les victoires et les défaites, les bonnes idées et les erreurs.

      Je me souviens que la question de la #justice interne était l’une de celles qu’il trouvait les plus difficiles...

    • Communiqué sur les arrestations survenues sur la zad et
      appel à rassemblement dès ce mercredi 12h devant la gendarmerie de Saint-Nazaire.

      Ce 22 janvier à 6h du matin, la zad a été réveillée par un dispositif policier digne d’une opération d’expulsion pour arrêter trois personnes.

      Nous avons assisté à une mise en scène spectaculaire avec des perquisitions simultanées, des dizaines de fourgons, des chefs d’inculpation et des commentaires médiatiques qui cherchent à nous stigmatiser : « association de malfaiteurs », « bande organisée », « règlement de compte », etc. Deux autres personnes ont été arrêtées plus tard dans la journée en dehors de la zad.

      Jeudi dernier, plus de 500 personnes célébraient la victoire contre l’aéroport lors d’un banquet.
      Un an après l’abandon et alors que les activités menées par les habitants s’enracinent, le moment est sans doute jugé opportun par certains pour monter une nouvelle fois on ne sait quelle histoire en épingle pour donner au bocage une image anxiogène. Après les expulsions du printemps, en est-on à une nouvelle étape de la vengeance d’Etat ?
      Après les fantasmes déjà distillés dans la presse par la gendarmerie sur les fausses « caches d’armes » ou les « tunnels viet-congs », on nous sort du chapeau ce matin un nouvel épouvantail destiné à effrayer l’opinion publique. Ce ne serait pas la première fois que les enquêteurs brandissent un dossier vide et utilisent l’association de malfaiteurs pour criminaliser un mouvement.

      Ce qui est sûr en revanche, c’est que les personnes arrêtées sur la zad ce matin ont été engagées de longue date dans le mouvement anti-aéroport, sont intégrées dans les diverses activités, liens de voisinages et de solidarité locale, et vivent ici depuis plusieurs années. Nous appelons dès aujourd’hui à ne pas tomber dans le panneau de la diabolisation policière et à les soutenir. Un rassemblement aura lieu ce mercredi midi devant la gendarmerie de Saint-Nazaire, au 79 avenue Ferdinand de Lesseps.
      https://zad.nadir.org/spip.php?article6313

    • Autre communiqué par mail :

      NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE s’insurge de l’arrestation et de la mise en garde à vue des 5 personnes habitant la ZAD de Notre-Dame- des- Landes.

      Alors que les discussions avec les services de l’état et du département ne cessent de progresser dans un climat respectueux et apaisé, on peut s’étonner de cette nouvelle montée en épingle d’un simple conflit de voisinage qui appartient au passé.

      Les personnes arrêtées sont impliquées depuis le début dans des projets reconnus et validés par les services de l’état.

      Ces personnes ont une famille, des animaux , des engagements dans l’organisation du mouvement. C’est un nouveau coup de poignard dans le dos de ceux qui n’ont cessé de rechercher, malgré les difficultés et les tensions, le consensus et l’intégration de tous les habitants dans ce magnifique projet collectif.
      NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE appelle ses adhérents à venir soutenir ceux que vous avez tous rencontrés et aimés pour leur énergie et leur obstination à sauver le mouvement.

      JEUDI 24 JANVIER
      10 HEURES Un rassemblement de soutien aura lieu demain matin pour ce qui pourrait être la fin de la garde à vue. RDV à 10H devant
      la gendarmerie de St Nazaire, 79 rue Ferdinand de Lesseps.

      18 h jeudi 24 Rdv Rolandière point sur la situation

    • intox du Communiqué sur les arrestations survenues sur la zad
      | radis cool | (ce que ce communiqué ne dira pas)

      Ce 22 janvier à 6h du matin, la zad a été réveillée par un dispositif policier massif pour arrêter trois personnes. il n’est pas question de s’en réjouir parce qu’au grand royaume des oppressions, l’état et ses milices armées arriveront toujours en tête. Pour autant : à la lecture du « Communiqué suite aux arrestations », on se demande de quel côté de la matraque se trouve la politique-politicienne. Tant les mensonges institutionnels ne sont plus la prérogative d’état, tant la « manipulation des masses » est répandue dans le mouvement depuis longtemps, mais de manière beaucoup plus « flagrante » depuis un an, et tant est forte la capacité de quelques personnes à réécrire l’histoire en fonction des versions qui servent leurs intérêts. Enfin, il s’agit de notre point de vue de personnes sans cesse qualifiées de « paranos », « complotistes », voire de « malades mentaux » (quelle belle manière de déconstuire les rapports d’oppressions !). Sans aucun doute, certaines personnes ré-utiliserons bien vite ces arguments pour disqualifier ce que l’on dira ici.
      Quand le communiqué parle de « dossier vide », ça nous ferait presque imaginer que Benalla est venu donner des cours de langue de bois à la zad. On ne sait évidemment jamais qui-a-fait-quoi. On a toujours des soupçons, jamais de preuves. Pour autant, nier des faits qui se sont bien produits, c’est humilier les victimes de ces exactions un peu plus qu’elles ne l’ont déjà été. Alors oui, des comptes se sont "réglés" sur la zone, pas toujours de manière collective/consensuelle/bienveillante/subtile.
      Pour les affaires les plus récentes : - fin mars 2018, séquestration et tabassage en règle : au petit matin, muni de gaz, de masques et de matraques, un groupe (commando ?) débarque dans un lieu de vie, kidnappe et tabasse une personne (membres inférieurs et supérieurs brisés) et le laisse pour mort aux abords d’un hôpital psychiatrique. Pas de plainte déposée mais le parquet s’en saisi. - Une autre affaire de séquestration a eu lieu à l’automne 2018 : un individu, chassé à travers la ZAD par un groupe, tabassé dans les bois, mis dans un coffre puis déposé en périphérie de Rennes a fini à l’hôpital. Plainte déposée avec identification.Dans ces deux cas, ces expéditions punitives trouvent souvent des justifications (ou, à demi-mots) : divergences politiques, stratégiques, conflits interpersonnels et tentatives d’éviction.
      Ce sont évidemment pour les plus récentes.
      La ZAD a tenté à plusieurs reprises de trouver des outils de gestion de conflits internes qui passent par de la médiation plutôt que par des coups de pression. D’où l’invention du « cycle des 12 » qui a bien souvent échoué devant des conflits parfois conséquents. Bien évidemment, on continuera de vous nier toute existence de milice interne : on ne dit pas à nos soutiens qu’ici, les comptes se règlent aussi à coups de barres de fer. Et puis, on ne sait jamais complètement qui c’est. Et puis, les victimes ont souvent peur de parler. Et puis, les victimes sont de toute façon des gens peu crédibles (« tarées », « schizo », « malades mentales » de tout poil...) face aux gens de pouvoir sur zone. Et puis regardez, comme ielles sont sympathiques, toutes ces belles personnes qui fêtaient la victoire un an plus tard. Regardez bien leurs sourires sur les photos, l’émotion sur leur visage, les pleines tablées de banquets réjouissants. Comment pourrait-on s’imaginer que derrière de si beaux apparâts se cachent des personnes capables d’une telle violence ou de la justifier ? Nous ne nous réjouissons évidemment pas que l’état ait pris en main ces affaires, à la place des habitant.es de la ZAD. Car ils et elles auront à répondre à une justice de classe, raciste et inégalitaire qui n’aura pour but que de faire exemple de ces arrestations dans une situation territoriale tendue. Là où la ZAD a échoué à dissoudre tout rapport de pouvoir et d’autoritarisme en interne, l’état a fini par s’en emparer. Les personnes arrêtées sur la zad ce matin-là ont été "engagées de longue date dans le mouvement anti-aéroport", sont "intégrées dans les diverses activités, liens de voisinages et de solidarité locale", et "vivent ici depuis plusieurs années". Que d’arguments de campagne. Est-ce que ça les rend plus légitimes à être soutenues ou excusées de leurs éventuels actes ? Plus irréprochables ? Plus intouchables ? sans doute. Mais vivre sur la ZAD n’est pas (et n’a jamais été) un gage de « bonne conduite », d’honnêteté ou de bienveillance intrinsèque.
      Il est étrange de voir que des personnes qui ont délibérément et en conscience négocié avec la préfecture, reconnaissant par là, la légitimité de son pouvoir (et donc sa "violence légitime"), s’indignent maintenant que l’état se « venge » en les soumettant à la répression. Sans doute fallait-il mieux lire les petites lignes du contrat...

      NOUS N’APPELLONS PAS A SOUTENIR CES INDIVIDUS
      Parce que, ce que l’on sait des "coffrages" ne correspond pas à la "version officielle" et que l’on ne se rangera pas derrière des personnes que l’on sait aguerries à la communication politicienne, plus qu’à l’honnêteté intellectuelle.
      Parce que nous sommes contre les polices, avec ou sans uniformes.

      NOUS N’APPELLONS PAS A SOUTENIR CES INDIVIDUS et en laissons le soin à celles et ceux qui ont cherché à légitimer ou à dissimuler leurs actes. Nous ne prendrons pas les armes contre d’autres affamés.
      https://nantes.indymedia.org/articles/44268 (https://seenthis.net/messages/754485 )

      (Celui que tu indiquais, @vanderling, a été refusé comme « doublon » de celui-ci, où, du coup, comme l’article d’alerte sur @indymedianantes , il y a pas mal de commentaires qui permettent de se faire une idée de l’ambiance générale ... :/ )

    • D’idée, j’ai du mal à m’en faire une @val_k et ce n’est pas les commentaires sur @indymedianantes qui vont m’aider à comprendre quelque chose dans cette histoire. Quel bordel !
      à défaut de me joindre au rassemblement de soutien ce matin à St Naze ou à la Rolandière ce soir. Je compte sur toi et zad.nadir pour la suite ... ;·)

    • https://zad.nadir.org/spip.php?article6303#info2019-01-25-17-29

      toute la journée de jeudi, une centaines de personnes se sont relayées devant le tribunal de St-Nazaire, en soutien aux 5 personnes arrêtées il y a 2 jours sur la zad et ailleurs. il y aura probablement plus d’informations à propos de cette affaire dans les prochains jours. Nous pensions en avoir vu beaucoup ces denieres années mais nous n’etions pas au bout de nos surprises...
      3 des 5 personnes ont été incarcérées et 2 autres sortent sous controle judiciaire soutien aux potes !!!

    • Nouvelle série de 3 communiqués de soutien suite aux arrestations de 5 occupant·es
      COMMUNIQUé DU GROUPE PRESSE
      COMMUNIQUé DE NDDL POURSUIVRE ENSEMBLE
      COMMUNIQUé DE PAYSANS ET PAYSANNES, PARRAINS, MARRAINES ET SOUTIENS DES PORTEURS DE PROJETS AGRICOLES
      https://zad.nadir.org/spip.php?article6325

      et, en réponse :
      ## intox du Communiqué ZAD acte 2 ##
      https://nantes.indymedia.org/articles/44355

      Pour ma part, je reste sur ma première phrase : Aucune répression, qu’elle soit zadiste, paysanne ou pénitentiaire, n’est acceptable.
      Mais j’ajouterai que les pressions pour silencier les voix dissonantes (quand elles ne révèlent rien que ne sache déjà la police) et les injonctions à une unité de récit comme seule forme de soutien possible n’aident vraiment personne...

    • Mardi dernier, cinq personnes ont été arrêtées à la zad et à l’extérieur dans un déploiement policier massif. Après 48 heures de garde à vue, sur demande du parquet, il a été décidé de l’ouverture d’une instruction et de leur maintien en détention pour une durée indéterminée. Ils sont accusés d’enlèvement et séquestration en bande organisée, la juge n’ayant finalement pas retenu le chef d’inculpation d’association de malfaiteurs initialement présenté par le parquet.
      https://zadibao.net/2019/01/28/attaque-judiciaire-contre-la-zad

    • Le 17 janvier 2018, Edouard Philippe annonçait l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dames-des-Landes. Des années de lutte, d’occupation et d’affrontement acculaient finalement l’État à reculer et renoncer. Cette « victoire », tout le monde le savait, allait cependant s’accompagner d’une cruelle contrepartie : l’écrasement sur la zone de tout ce qui débordait l’état de droit, un retour à l’ordre.
      https://lundi.am/ZAD-de-Notre-Dame-des-Landes-5-personnes-mises-en-examen-pour-enlevement-et