• Merci pour le signalement, de cette approche - en effet - intééressante. On remarquera quand même que Michel Serre donne un exemple pris dans l’antiquité grecque et écrit deux fois le mot « putain » alors qu’en fait « prostituée » aurait certainement été beaucoup plus approprié. No more comments, autre que celui de quelqu’un ici qui suggérait de dissoudre l’académie et ses membres dans l’acide. Les pourvoyeurs de mépris sont partout.

    • Cette observation de M. Serre pourrait découler de l’évolution de la relation entre le possesseur et la chose possédée. À mesure que les objets techniques se compliquent leurs possesseurs les comprennent (intimement) sans cesse moins, et délèguent davantage d’opérations (maintenance...) à des professionnels. En ce qui concerne les voitures le mode de conception et de fabrication le reflète car concepts, machines, matières et pièces constitutives sont « factorisés » entre constructeurs, qui eux-mêmes se raréfient, donc dans une gamme donnée ~10 modèles apparemment distincts sont en réalité 3 offres techniquement vraiment distinctes, de plus la réglementation les rend toutes similaires. Le gros des clients paie un service « moyen de transport adéquat à ma disposition », plutôt qu’un objet « voiture ». Le concept n’est pas nouveau car, comme M. Volle me l’a révélé, Aristote (Rhétorique) l’avait exprimé (« l’essence de la richesse consiste plutôt dans l’usage que dans la propriété, car l’exercice de la propriété consiste dans l’usage et l’usage même est une richesse »).

      Sur le plan de la forme je suppose que M. Serre utilise « putain » parce que ce mot est à présent... « commun » (sinon « propre »).

      http://makarevitch.org/rant/itoffer.html