ARNO*

Geek dilettante habitant une belle et grande propriété sur la Côte d’améthyste

  • Ce vikend, on a découvert les navettes de Marseille. C’est très bon, puisque c’est à la fleur d’oranger.

    D’après Wikipédia, sa forme pourrait évoquer la barque qui aurait amené les Saintes Maries en Camargue (les histoires de membres de la famille de Jésus enterrés dans mon jardin à Montpellier, je suis assez friand).

    Mais d’après quelqu’un sur l’interwebz, « évidemment » que pas du tout : ça se voit bien que c’est un hommage aux déesses-mères et que c’est un symbole de fécondité, donc en fait c’est un #vagin. (Ça m’a l’air assez faiblement sourcé comme hypothèse, mais une fois que tu as cette idée en tête, tu ne lècheras plus jamais des barquettes de Lu en public.)

    • Je te mets le lien, parce que c’est de la pure #sérendipité que de partir là-dedans : Saintes Maries
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Saintes_Maries

      Les hagiographes ont popularisé un débarquement en Camargue des trois Maries, accompagnées d’un groupe comprenant Marthe, la sœur de Marie Madeleine, Lazare son frère réanimé par Jésus, Maximin, Sidoine l’aveugle qui deviendra saint Restitut et Manille, suivante de Marthe. Pour Jean-Paul Clébert, il s’agissait de relier ainsi le christianisme provençal à une présence des premiers disciples du Christ.

      Chassés de Palestine au Ier siècle et placés dans « un vaisseau de pierre » sans voile ni rame, en compagnie de nombreux autres chrétiens, ils furent poussés par les courants vers le delta du Rhône où ils s’échouèrent. Là, ils furent accueillis par Sarah la noire, qui devint la servante des Maries.

      Seules resteront sur place Marie Salomé, Marie Jacobé et Sarah. Elles y moururent, et l’endroit où elles furent ensevelies, traditionnellement situé aux Saintes-Maries-de-la-Mer, devint un important lieu de culte et de pèlerinage chrétien ainsi qu’une halte sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, fils de Marie Salomé.

      Marie-Madeleine se retira dans le massif de la Sainte-Baume, Lazare devint le premier évêque de Marseille, Maximin, celui d’Aix et Sidoine, celui du Tricastin, tandis que Marthe s’en fut à Tarascon, où, d’après la légende, elle terrassa la terrible Tarasque.