etraces

Le projet e-traces aborde le Web 2.0 dans le contexte de l’instauration progressive d’une société de la surveillance.

  • Pourquoi le mot « lesbienne » sur Google ne renvoie-t-il que vers des sites pornographiques ?
    https://www.numerama.com/politique/478663-pourquoi-le-mot-lesbienne-sur-google-ne-renvoie-t-il-que-vers-des-s

    Le mot « lesbienne » est considéré comme tabou par les grandes plateformes en ligne, qui prétextent la neutralité de leurs algorithmes. C’est pourtant une souffrance pour de nombreuses femmes homosexuelles. Des militantes proposent des solutions pour lutter contre ce traitement discriminant, notamment avec le hashtag #SEOlesbienne. Il suffit de faire une recherche Google pour se rendre compte du décalage. Le mot « lesbienne », qui désigne en français une femme homosexuelle, ne renvoie que vers des (...)

    #Google #GoogleSearch #algorithme #discrimination #LGBT

    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/04/capture-decran-2019-04-05-a-13-33-39.png

    • Parce que les bitards façonnent le monde ?

      Mais pourquoi le mot « lesbienne » est-il associé à tellement de contenus pornographiques ? Victor, SEO Manager pour le groupe Humanoid, nous a éclairé. Selon lui, la raison est évidente, bien que cynique : « Quand les internautes tapent ‘lesbiennes‘ dans Google, la majorité du temps, ils veulent du porno, pas des articles de presse. » C’est cette intention qui a donc été observée, enregistrée et retenue par le moteur de recherche : on parle alors d’association thématique.

      À l’inverse, le mot « gay » donne de nombreux résultats vers Wikipédia, des articles de presse, ou des lieux de socialisation gay-friendly.

      Les géants de la tech, eux, se protègent derrière la « neutralité », toujours mise en avant bien que souvent mise à mal. L’une des solutions évoquées par Fanchon serait de sponsoriser les premières places des résultats Google par des publicités Adwords sur le mot « lesbienne », renvoyant vers des sites non pornographiques. Il s’agit alors non de SEO (que tout le monde peut faire gratuitement) mais de SEA (search engine marketing) qui a pour objectif d’augmenter la visibilité d’un site en payant pour de la publicité.

      Mais, au-delà des montants prohibitifs qu’une telle opération demande, elle ne pourrait pas enlever à elle seule les résultats naturels de recherche auxquels elle serait mêlée — en témoignent les recommandations suggérées par le service de Google, qui, par ailleurs, empêche les sites pornographiques d’enchérir pour faire de la pub.

      #pornographie #stéréotypes #lesbiennes