Stéphane Bortzmeyer

Homme blanc, hétéro, cis, > 50 ans, diplômé du supérieur, habitant à Paris et abonné à Charlie

    • Plus spécifiquement, l’usage des métaphores désignant les hidden services renvoie à l’idée d’une profondeur cachée et d’une inaccessibilité pour le « deep », à laquelle il faut rajouter l’idée d’une illicéité, voire d’une monstruosité des usages pour le « dark » – les deux champs notionnels se recoupant aussi parfois. De ce point de vue, l’analyse de productions fictionnelles, textuelles et/ou iconographiques nous a permis de mettre au jour tout un imaginaire puissamment fécondé par ces métaphores, métaphores dont l’intérêt pour la production artistique est indéniable. L’analyse de discours médiatiques et politiques a, pour sa part, révélé une certaine crispation autour d’enjeux sécuritaires et policiers, qui font rejouer des peurs anciennes sur les dangers d’Internet à ses débuts – même s’il est désormais d’un usage banal – ou du chiffrement comme arme potentielle entre les mains des criminels et autres terroristes.

      #Marianas_Web #.onion