RastaPopoulos

Développeur non-durable.

    • Demi Portion - Rétro
      https://genius.com/Demi-portion-retro-lyrics

      [Couplet]
      Yeah
      On était jeunes, sans sous, ambitieux, vicieux
      J’me rappel du petit stade avec les yeux dans les bleus
      On n’oublie pas nos paroles, comme tout ces premiers concerts
      Avec passion, j’avance, averti, j’observe
      Ce soir la scène est ouverte, plein de flow au millimètre
      J’tiens le rap à douze ans, dix ans oui, c’est éphémère
      Dix-huit ans en pleine mer, on apprend l’odeur de l’herbe
      Juste avant les histoires, et bien sûr frérot qu’on bas de l’aile
      J’envoie des [???] en l’air, des sessions et mes mixtapes
      M’extirpe de ce système, rapperons [?] que ceux qui m’aiment
      Reste fidèle aux freestyles, sans parler d’un [???]
      À coter je fais plais’ à mama comme protéger mes sistas
      Nul besoin d’insister, j’grandis dans [???]
      Garder mon identité, désolé, ça s’refuses pas
      J’ai bousillé des Nike, dit-leur de rallumer le mic
      Si j’ai traversé la France, c’est pour ramener une vibe
      La population manque d’air comme une couleur sur un graph
      [???] un building, ce vertige nous rattrape
      Alors on aime le rap, on continue comme d’hab
      De la gloire, on s’en tape depuis l’premier contact
      Et oui l’amour, ça datte, on s’remet à nos souvenirs
      Fréro, j’reste comme Fabe avec la rage de dire :
      « J’en ai mangé du bitume, maman et ses certitudes »
      Un survet en [???] et une bonne attitude
      Alors on gobe la pilule, aux DJ et leurs cellules
      Aux vinyles qui ont tournés comme nos poètes de la rue (x2)
      À ceux qui ons du vécus, on s’éloigne loin du vacarme
      Normal quand on cherche le calme, quand on s’prend des vacances
      Et encore, faux des thunes, bientôt l’air sera payante
      Même pour voir la nature, l’addition sera saignante
      Interdit à la baignade, parais que l’monde a changé
      Plongé dans la merde, c’est gratuit, ça les fait manger
      J’ai fait un rétro de ma vie, bien sûr, j’parle de ma ville
      J’me rappel des coups de boule, hey, j’te jure demandes à Nadir
      Aujourd’hui, j’fais des concerts, heureux de voir qu’on navigue
      Bien sûr en restant sincère j,’ai appris à ce qu’on chavire
      La vibe reste la même : énervée au bord de la mer
      On s’fait skred et s’expriment d’un ton solennel
      J’aime le rap et j’ai pas l’envie de faire autre chose
      (J’aime le rap et j’ai pas l’envie de faire autre chose)

      On m’a dit : « toi, ne lâche pas, y’a pas de fiesta »
      Nos vies sons des stories se terminent en hashtag
      Des grandes gueules, c’est ma life, rapper, écrire, toute la night
      Merci à toi qui m’écoutes, comment retirer ses doutes
      Bientôt, j’arrête la musique, car le silence est une route
      Mon pseudo est à moitié, car j’ai perdu à donner
      La musique est une beauté qui n’a pas besoin de se montrer
      J’rap pour ceux qui ne peuvent pas
      La force est une manœuvre qui ne marche pas toujours, ça dépendra des valeurs
      J’pourrais te parler de tomber, des dégâts que ça nous cause
      Qu’un toxico en galère ça transpirera pour une dose
      J’pourrais parler de mon quartier, bien sûr, j’y ai grandi
      Fier d’y être, qu’est-ce qu’t’en dit ?
      Le pouvoir de s’en sortir, j’ai gardé le sourire pour m’en sortir (Yeah)

      [refrain (x3)]
      Rien n’est éternel, on s’endort sur l’bordel
      On vois pas la vie en rose au milieu des chrysanthèmes
      On continue d’se battre malgré la crise sur Terre
      Il n’y a que la musique qui restera immortelle

      [Outro]
      Yeah
      Beep Beep à la prod [???]
      J’vois pas la vie en rose au milieu des chrysanthèmes
      On continue d’se battre malgré la crise sur Terre
      Il n’y a que la musique qui restera immortelle