odilon

artiste aux mains pleines de doigts - visionscarto.net

  • L’obésité, de plus en plus répandue dans les zones rurales
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/05/08/l-obesite-touche-de-plus-en-plus-les-campagnes_5459759_3244.html

    Mais de plus en plus, les modes de vie entre villes et campagnes tendent à converger. On assiste, expliquent les auteurs de l’étude, à une « urbanisation de la vie rurale », avec une agriculture de plus en plus mécanisée, des transports davantage motorisés, qui ont pu améliorer la santé des travailleurs ruraux, tout en réduisant leur dépense énergétique quotidienne. Avec le développement des hypermarchés sur de nombreux territoires, l’accès à la nourriture industrielle s’est banalisé. De nouveaux fossés se créent, avec des inégalités de revenus et de niveaux d’éducation plus importantes entre villes et campagnes, et dans ces dernières, un accès restreint à des infrastructures sportives et de loisirs favorisant la dépense physique.

    « Les débats de santé publique ont tendance à mettre l’accent sur les aspects négatifs à vivre dans des villes, mais nous voyons que les villes offrent plus d’opportunités pour une meilleure alimentation, plus d’exercice physique et une meilleure santé », note le professeur Ezzati.

    #alimentation #mal_bouffe #obésité #santé

    • Je vois que la privatisation des chemins, les pratiques exclusives de la cambrousse (le chien qui fait la loi sur les petites routes, les gus qui se trimbalent avec leur fusil n’importe où et n’importe quand), tout cela nous empêche totalement d’être usagers de l’espace rural.
      Du coup, oui, il faut que je sois en ville pour pouvoir marcher.

    • Même expérience : les chiens peuvent aussi privatiser les routes asphaltées. Et j’ai commandé sans succès un article sur la privatisation des chemins après une super balade des écolo de mon bled, c’est un sujet peu traité et un peu technique qui fait qu’en France il n’est pas imaginable comme en Angleterre de faire des tours du pays à pied, il faut très bien connaître ses itinéraires.

      Sans compter que pour les trajets contraints les distances sont vite trop longues pour le vélo ou la marche ou trop courtes pour en profiter si tu habites dans le bourg.