Sombre

The point, as Marx saw it, is that dreams never come true. (Hannah Arendt)

    • « L’usage des réseaux socionumériques est particulièrement en phase avec ces évolutions sociales et politiques, où la participation politique est de plus en plus souvent associée à un contenu expressif personnel, à une souffrance, une indignation, qu’on éprouve le besoin de partager avec d’autres pour être reconnu socialement, résume le professeur en information-communication Arnaud Mercier [2]. Or les plates-formes numériques ouvrent la possibilité de témoigner, de trouver des personnes qu’on ne connaissait pas et qui partagent les mêmes idées ou les mêmes souffrances. »

      Cependant, ce ne sont pas les infos qui manquent concernant l’exploitation par les condés ou autres « dirigeants » des opinions exprimées sur ces réseaux sociaux. Mais non, la tentation de « faire société » est trop forte, on préfère rester dans le #déni.

      Un prolongement intéressant pour l’article référencé :
      https://theconversation.com/gilets-jaunes-medias-et-internet-les-premiers-enseignements-108517

      S’il y avait beaucoup de choses à dire sur la mobilisation physique des gilets jaunes, nous porterons le focus sur les dimensions numériques du mouvement. En sachant qu’il n’y a pas lieu de les opposer ou de les hiérarchiser. Attention donc aux clichés qui feraient des gilets jaunes un « mouvement Facebook », ou une « révolte 2.0 ».