• Concurrence : l’étau se resserre autour des Gafa aux Etats-Unis
    https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/concurrence-l-etau-se-resserre-autour-des-gafa-aux-etats-unis-819293.html


    DR

    Aux Etats-Unis, le département de la Justice et l’autorité de la concurrence (FTC) ont décidé de concert d’enquêter sur les pratiques de Google, Apple, Facebook et Amazon. Cette coordination pourrait marquer un tournant pour les géants de la tech, restés longtemps à l’abri des radars des régulateurs américains.

    Google, Apple, Facebook et Amazon — les fameux Gafa — sont dans le viseur des autorités aux Etats-Unis. Selon la presse Outre-atlantique, le département américain de la Justice (DOJ) a été chargé de la conduite d’une enquête sur Apple et Google, filiale de la maison-mère Alphabet. De son côté, l’autorité de la concurrence américaine (FTC) se chargerait d’enquêter sur Amazon et Facebook. Et ce n’est pas tout : la commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants a annoncé lundi avoir entamé une enquête bi-partisane sur la concurrence sur les marchés numériques.

    « Un petit nombre de plateformes dominantes et non-régulées a des pouvoirs extraordinaires sur le commerce, la communication et l’information en ligne », a justifié la commission, sans citer nommément des entreprises, rapporte Reuters.

    Les potentielles enquêtes devraient se concentrer davantage sur Google et Facebook, selon deux sources anonymes interrogées par le Wall Street Journal. Concernant le célèbre moteur de recherche, les autorités américaines s’intéresseraient à un potentiel abus de position dominante concernant sa régie publicitaire. Un motif pour lequel le géant américain a été condamné en mars dernier par la Commission européenne à une amende de 1,49 milliard d’euros. Selon le cabinet d’études eMarketer, Google détient environ 37% du marché publicitaire en ligne aux Etats-Unis, suivi par Facebook à 22% de part de marché.

    Concernant Facebook, la FTC a déjà passé plus d’un an à enquêter sur la gestion des données personnelles de ses utilisateurs. Si l’autorité n’a toujours pas rendu d’avis définitif, le plus grand réseau social au monde s’attend à devoir débourser entre 3 à 5 milliards de dollars pour une amende potentielle.