• C’est pas comme ça que j’ai envie de voir les femmes.

      Et « c’est pas comme ça qu’on a envie d’entendre des philosophes », disent les intervieweuses, il faut bien se poser la question des sujets sur lesquels on interroge des philosophes et c’est vraiment un truc de télé, d’interroger n’importe qui sur n’importe quoi.

      Je mets en garde contre le risque de sacrifier la différence, la différence des sexes en l’occurrence, sur l’autel de l’égalité.

      Il critique la « théorie du genre » :

      Il faut s’émanciper des stéréotypes pour être vraiment libres.

      Je ne crois pas que l’apothéose de l’émancipation, ce soit l’indifférenciation.

      Qu’on arrête de poursuivre la différence dans ses derniers recours.

      Comment avez-vous envie de voir les femmes ? Bonne question.

      J’ai envie que d’une chose, c’est de voir les femmes dans une mêlée de rugby. Là, la liberté ultime sera atteinte.

      Il ne répond pas à la question et botte en touche (ah ah) : en effet il a produit une parole androcentrée et bête qu’il n’assume pas.

      Aux États-Unis, vous savez que la galanterie (française !), les manières sont considérées comme un avatar du sexisme.

      Le foot féminin a lieu d’être, le rugby féminin aussi, la boxe féminine aussi. (...) Mais je réclame le droit de dire qu’en effet ça ne m’intéresse pas et je n’aime pas que ça devienne une sorte de critère de vertu. Nous devons nous (inaudible) parce que c’est une nouvelle conquête de l’égalité pour les femmes. Je suis comme Hannah Arendt, elle pensait que cette différence des sexes était une différence très précieuse (et personne ne peut dire qu’elle n’est pas féministe, c’est une philosophe femme et il y en a très peu). Simplement, elle qui ne croyait pas, elle entendait ce que signifiait le verset biblique : « Homme et femme il les créa. »

      Bon, ben il faut lire la Bible.
      (Et toutes les femmes sont féministes, c’est bien connu.)
      Très bonne intervention de son intervieweuse, à laquelle il répond :

      Ce n’est pas mon opinion qui n’engage que moi ! Il y a aujourd’hui au nom de l’égalité une volonté de l’indifférenciation et c’est sur quoi j’invite à réfléchir.

      Et là j’arrête parce qu’il s’est trouvé une alliée qui dénigre le « politiquement correct » des USA et va nous sortir un discours anti-féministe de droite très convenu, pas la peine de gâcher plus mon temps.