• Mobilisation exceptionnelle en Russie pour le journaliste Ivan Golounov
    https://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale/la-revue-de-presse-internationale-emission-du-lundi-10-juin-2019

    Des motifs d’inquiétudes... et des raisons d’espérer, aussi, nous arrivent ce matin de l’Est.

    A commence bien sûr par la Russie, où l’évènement médiatique ce matin, c’est cette Une commune pour les trois grands journaux nationaux que sont Kommersant, RBK et Vedomosti

    « Nous sommes Ivan Golunov », voilà ce qu’on lit sur cette Une, déclinée dans les couleurs de chacun des quotidiens. C’est une marque franchement exceptionnelle de solidarité entre journalistes, pour s’indigner ensemble de l’arrestation donc d’Ivan Golounov. 

    Golounov, 36 ans, est un journaliste russe spécialisé dans l’investigation, collaborateur du site d’info indépendant Meduza dont je vous parle régulièrement ici et qui se revendique comme un média d’opposition à Vlaidmir Poutine tout en rajeunissant sérieusement le genre. Pas étonnant d’ailleurs que sa rédaction en chef soit basée à Riga en Lettonie pour garantir sa liberté de ton. 

    Mais Ivan Golounov, lui, vit et travaille à Moscou : c’est de là qu’il a fait trembler le vice-maire de la capitale en révélant son luxueux autant que douteux patrimoine immobilier... c’est aussi de là qu’il a enquêté sur la mafia des pompes funèbres, un commerce très lucratif que se partagent en bonne intelligence officiels et criminels.

    Je vous parle de ces deux enquêtes parce qu’elle sont représentatives du travail de Golounov pour Meduza et que le magazine Republic les a republiés ce week-end en hommage à leur auteur. 

    Et c’est donc dans le centre de Moscou, qu’Ivan Golounov a été arrêté jeudi par des policiers, qui ont fort opportunément trouvé quelques grammes de stupéfiants dans son sac. Depuis, retrace Republic, le journaliste en est passé par la détention provisoire, les interrogatoires musclés, les pressions pour lui soutirer des aveux, la présentation à un juge qui l’a inculpé pour trafic de drogues et l’a renvoyé vers un procès dans lequel il risque 10 à 20 ans de prison... 

    Il a fallu une mobilisation vraiment inédite des défenseurs de la liberté de la presse en Russie pour qu’il soit finalement, samedi soir, libéré et placé en detention à son domicile en attendant son procès.

    #мы_иван_голунов

    • Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/11/face-a-la-mobilisation-de-la-societe-civile-la-russie-abandonne-les-poursuit

      Face à la mobilisation de la société civile, la Russie abandonne les poursuites contre le journaliste Ivan Golounov
      L’affaire a provoqué une onde de solidarité rare dans la société russe. Deux hauts responsables de la police seront limogés.

      Les poursuites contre le journaliste d’investigation Ivan Golounov, accusé de trafic de drogue, ont été levées mardi 11 juin. « Golounov sera libéré aujourd’hui de son assignation à résidence et les accusations sont abandonnées », a déclaré le ministre de l’intérieur, Vladimir Kolokoltsev, cité dans un communiqué.

      Depuis l’interpellation, vendredi 7 juin, de ce journaliste d’investigation du site indépendant Meduza, la mobilisation n’avait cessé de croître. Les soutiens d’Ivan Golounov ont dénoncé une affaire montée de toutes pièces en rétorsion à ses enquêtes, qui concernaient notamment la corruption à la mairie de Moscou.

      Les analyses réalisées sur demande de la justice n’avaient révélé aucune trace de drogue dans son sang et aucun des sachets saisis ans son sac à dos puis au cours d’une perquisition dans son appartement ne portait ses empreintes, selon les avocats du journaliste.

      La justice devra désormais évaluer « la légalité des actions des policiers qui ont interpellé » le journaliste à Moscou. Selon M. Kolokoltsev, les policiers ayant procédé à l’arrestation ont été suspendus de leurs fonctions le temps de l’enquête.

      Deux hauts responsables de la police seront, en outre, limogés. Il s’agit du général de la police Andreï Poutchkov, responsable des forces de l’ordre dans le district ouest de la capitale russe, et du général Iouri Deviatkine, qui dirige l’antenne moscovite du Département de la lutte contre le trafic de drogue, selon la même source.

      Le sacrifice de hauts fonctionnaires est un signe de fragilité : dans toutes les affaires précédentes impliquant des membres des forces de l’ordre, le pouvoir avait choisi de faire corps et de ne pas abandonner les siens. Après la mort en prison du juriste Sergueï Magnitski, en 2009, et malgré l’émotion suscitée, ses tortionnaires avaient même été promus. Reste à savoir si les sanctions annoncées s’accompagneront d’une réforme réelle des méthodes policières, alors que les fausses accusations de trafic de drogue font partie des abus fréquemment dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme.

    • En Russie, plus de 400 personnes arrêtées lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/12/en-russie-une-centaine-de-personnes-arretees-lors-d-une-marche-en-soutien-au

      A la suite de l’arrestation, puis de la libération du journaliste russe, une manifestation était organisée mercredi pour dénoncer les agissements de la police dans cette affaire.

      Alors qu’ils défilaient à Moscou lors d’une marche en soutien au journaliste Ivan Golounov, journaliste accusé à tort de trafic de drogue, plus de 400 personnes ont été arrêtées mercredi 12 juin, a annoncé l’ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations.
      Contrastant avec la clémence inhabituelle dont elles ont fait preuve les jours précédents, les autorités n’ont pas traîné pour mettre fin à la marche organisée dans le centre de la capitale russe contre les abus de la police, qui n’avait pas reçu l’autorisation officielle de la mairie. La police est allée jusqu’à fermer au public la Place Rouge, l’une des principales artères du centre et un parc populaire de la capitale.

      Parmi les personnes arrêtées figure le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, qui a fait l’objet de nombreuses procédures judiciaires et détentions ces dernières années. « Le pouvoir a terriblement peur de la démonstration de solidarité fantastique et unanime dans l’affaire Golounov. Il est donc important pour eux de détruire d’abord la solidarité générale, puis d’intimider et d’emprisonner ceux qui insistent », a dénoncé sur Twitter M. Navalny, qui encourt jusqu’à trente jours de détention.

      Plusieurs journalistes, dont des collaborateurs du journal d’opposition Novaïa Gazeta, du quotidien Kommersant et du magazine allemand Der Spiegel, ont également été arrêtés. Selon Meduza, l’un de ses correspondants a été interpellé alors qu’il se plaignait de la répression policière par téléphone avec le vice-maire de Moscou.