• Les victimes, des oubliées de l’histoire ? - Les victimes de violences conjugales en Bretagne au xixe siècle - Presses universitaires de Rennes
    https://books.openedition.org/pur/18610?lang=fr

    Si les archives judiciaires sont depuis un certain temps reconnues comme une source capitale de l’étude des sociétés d’autrefois, dans la mesure où nous sommes souvent obligés par ailleurs de nous contenter de documents officiels qui ne laissent guère qu’entrevoir la vie quotidienne du « petit peuple », il reste que l’étude de la violence familiale à partir de ce type d’archives pose des problèmes spécifiques. Nous manquons d’études concernant la petite et la moyenne délinquance familiale : les quelques éléments qu’ont pu me fournir des études entreprises sur les justices de paix d’Ille-et-Vilaine semblent montrer que le tribunal de paix n’était pratiquement jamais saisi de telles affaires. Les sources policières que j’ai pu étudier n’en disent pas davantage. Il faudrait collecter un nombre suffisant de cas de coups et blessures « simples » portés devant le tribunal correctionnel pour avoir une idée de ce qu’il en est à ce niveau. Nous allons donc fonder notre travail sur les dossiers de la cour d’assises, qui ne prennent par définition en compte que les affaires les plus graves. D’où la question lancinante : sont-elles représentatives ? Question moins simple qu’il n’y paraît, triple question en fait. Premièrement, sont-elles représentatives de la criminalité réelle, et quelle part de cette dernière nous demeure cachée ? Deuxièmement, sont-elles représentatives de l’ensemble des déviances familiales, y compris les moins graves. Troisièmement, ceci étant le point le plus important : sont-elles représentatives, sont-elles l’image exacerbée, le double monstrueux de comportements habituels et normatifs que nous ne pourrions saisir vraiment qu’à travers elles ? La première question ne nous retiendra guère ici, la seconde davantage et la troisième de manière plus centrale encore. Pour ne pas nous égarer sur des pistes trop hétérogènes et envisager le mieux possible un champ très précis, nous nous intéresserons plus particulièrement aux violences conjugales, c’est-à-dire commises entre mari et femme, entre concubins, mais aussi entre, par exemple, mari et amant de la femme, ou femme et maîtresse du mari, au détriment donc des parricides, des homicides commis sur oncles et tantes, entre frères et sœurs, qui ne nous arrêteront qu’incidemment, et bien sûr des infanticides et avortements qui posent des problèmes entièrement différents, et ne nous retiendront pas du tout ici.

    2Il ne s’agit pas là d’une synthèse finale, mais d’un travail reposant sur plusieurs échantillons nettement différents par les dates considérées et les origines géographiques, mais dont la mise en perspective peut faire surgir d’utiles hypothèses. Les trois principaux sont représentés par une étude sur les violences familiales dans l’arrondissement de Rennes entre 1811 et 1914 (non exhaustive : une série de sondages m’a permis d’évaluer le nombre des faits pris en compte à environ la moitié du total jugé ; mais la sélection paraît avoir été à peu près aléatoire, ce qui rend l’échantillon pertinent)1 - une étude sur le crime « passionnel » dans l’ensemble du département d’Ille-et-Vilaine entre 1870 et 1914, crime dans lequel les violences conjugales ou quasi conjugales sont fortement majoritaires2 - et enfin, une dernière concernant les crimes familiaux (avortements et infanticides strictement exclus, ce qui laisse subsister uniquement le même type d’affaires que dans le cas précédent) dans les Côtes-du-Nord entre 1850 et 19003. Outre que les dates sont différentes, les localisations géographiques déterminent un environnement social différent : un arrondissement sinon fortement urbanisé, du moins comportant une ville relativement importante (Rennes) ; un département plus ouvert sur le monde et plus urbanisé (l’Ille-et-Vilaine), enfin un département très rural (profond...), les Côtes-du-Nord4.

    pas encore lu
    #féminicide #couple #femmes #violence_par_conjoint #histoire #historicisation