Philippe De Jonckheere

(1964 - 2064)

  • @arno ne va pas voir Parasite de Bong Joon-ho. Quelques scènes assez réussies, comme, par exemple, celle de l’inondation et de sa descente en enfer, ne rachèteront pas, à mes yeux, l’absolu manque de finesse d’un film à peine plus drôle que La Grande Vadrouille finalement. Tous les passages importants sont soulignés trois fois en rouge, chaque élément (la manivelle pour ouvrir le souterrain) qui resservira plus tard dans le scénario est dûment signalé à l’attention du public, même sans doute le plus inattentif, le script prend l’eau de part en part (au delà même de toute vraisemblance), on a le sentiment d’une intrigue improvisée de scène en scène, et rien de ce qui est hautement prévisible ne nous est épargné, comme, par exemple, la scène de sexe des parents indoctes qu’ils sont de la présence toute proche de la famille de pauvres arnaqueurs et imposteurs, cachée, comme c’est crédible, sous une immense table basse. La presse et la critique unanimes crient au génie alors que le roi est nu.

    • Sinon, est-ce que tu as vu The Dead don’t die ? Ça m’avait tenté à la sortie, parce qu’un film de zombies de Jarmush avec une distribution de compétition, ça me bottait bien. Mais les critiques assez unanimement négatives m’ont convaincu de passer mon tour.

    • @arno question difficile pour ne pas dire question-piège. Je vais voir tous les films de Jarmusch à leur sortie depuis Stranger Than Paradise, je suis conquis d’avance à chaque fois. Je n’ai aucun recul critique à chaque fois. The Dead Don’t Die n’est pas le meilleur film de Jarmusch, mais ce n’est pas le plus mauvais. Il y a d’excellents morceaux dedans. Le duo Murray/Driver est excellent, tu t’en doutes. Ça fourmille de bonnes idées mais cela manque un peu de rythme, c’est trop rapide quand cela pourrait être un peu plus lent et inversement. Il y a beaucoup de private jokes, beaucoup plus que d’habitude, quand tu les comprends tu es content (par exemple l’insistance pour que le personnage de Tilda Swinton soit écossais sert à un jeu de mots visuel sur le thème de Beam me up Scottie), quand tu les manques tu as le sentiment que le film n’est pas pour toi (sans ma petite Adèle-Zoé, je n’aurais pas su qu’Adam Driver est le nouveau méchant de Starwars et que du coup c’est assez drôle que son porte-clefs de voiture soit à l’effigie de la franchise). A certains moments c’est très auto-citationnel ce qui ne manque pas de sel. Bref c’est un peu nonchalant, comme pouvait l’être Only Lovers Still Alive, cela n’a pas, tant s’en faut, la rigueur métrique de Patterson et le nerf, évidemment pas de Down By Law ou de Mystery Train ou encore Night On Earth, mais ce n’est pas raté comme The Limits Of Control.

      Pour conclure si tu vas le voir tu seras très réjoui à certaines scènes, à un comique de répétition savamment dosé à certains endroits et agacé par certaines facilités d’un virtuose qui vit un peu sur ses acquis.