marielle

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Macron : la guerre sociale en France
    https://www.youtube.com/watch?v=dI_Q417INT8

    Il fallait bien prendre au mot Emmanuel Macron lorsqu’il annonçait une « révolution » pendant la campagne présidentielle : quoi que n’ayant recueilli qu’un cinquième des suffrages exprimés au premier tour, c’est bien une transformation profonde de toute la société française que son gouvernement a entreprise et compte mener à bien coûte que coûte. Dans son livre récemment paru, Romaric Godin montre que le néolibéralisme qui commande ce projet révolutionnaire se distingue nettement du libéralisme économique classique : il s’agit d’imposer, avec tous les moyens dont la puissance publique peut disposer, une marchandisation intégrale de tous les aspects de la vie sociale, ce qui garantirait aussi bien la croissance que la plus grande justice possible. Le néolibéralisme n’est pas seulement une doctrine économique, c’est aussi une politique générale fondée sur une conception cohérente et totalisante de l’homme en société. Toutes les forces qui s’opposent à la « loi du marché », notamment en soutenant le travail dans le rapport de force avec le capital, s’opposent à la vérité, à la meilleure égalité possible et donc à la justice. Les réprimer s’avère donc une nécessité pour le bien commun, et ce jusqu’à ce que la culture politique, tout comme la tradition sociale françaises, acceptent enfin comme des fatalités et comme un bien la radicalisation des inégalités, la disparition des protections collectives et celle des services publics accessibles au plus grand nombre. Pour obtenir cette victoire, la guerre sociale est nécessaire, contre les gilets jaunes et toutes les autres formes de résistance.