Rezo

Le portail des copains

  • Le numérique : pire des pollutions ? Pourquoi cette idée est fausse
    https://youmatter.world/fr/pollution-numerique-internet-ecologie-idees-recues

    Ainsi, quand on lit, dans les Echos, que la jeunesse devrait revoir ses aspirations écologiques sous prétexte que « le visionnage de vidéos en ligne a un coût écologique faramineux [et consomme] une quantité monstre de données » il serait bon de rappeler quelques ordres de grandeur. Par exemple, qu’il faudrait regarder 33 heures de vidéos de chats sur YouTube pour émettre l’équivalent en CO2 d’un seul petit kilomètre parcouru en SUV. Ou qu’il faudrait se retenir d’envoyer environ 60 000 mails pour économiser autant de CO2 qu’en évitant de faire un seul aller-retour Paris Marseille en voiture*. Source : Youmatter

    • Numérique et pollution : une question de production plus que d’usage

      Par exemple, expliquer que ce n’est pas l’usage du numérique en soit qui est en cause (et donc l’usager), mais son infrastructure, c’est-à-dire les équipements qui permettent l’usage du digital (donc la production).

      Comment agir sur la pollution numérique ?

      Pour réduire la pollution du numérique, il s’agirait de :

      1. Réduire le nombre d’objets connectés en favorisant leur mutualisation et leur substitution et en ouvrant leurs APIs.
      2. Réduire le nombre d’écrans plats en les remplaçant par d’autres dispositifs d’affichage : lunettes de réalité augmentée / virtuelle, vidéo projecteurs LED, etc.
      3. Augmenter la durée de vie des équipements en allongeant la durée de
      garantie légale, en favorisant le réemploi, et en luttant contre certaines formules d’abonnement.
      4. Réduire les besoins des services numériques via leur écoconception.