• Pôle Emploi dématérialisé : le casse-tête des travailleurs précaires
    https://www.franceinter.fr/amp/pole-emploi-dematerialise-le-casse-tete-des-travailleurs-precaires

    Confié au prestataire privé, le traitement des données doit souvent repasser entre les mains des agents #indemnisation de Pôle emploi. « Le sous-traitant a des règles, comme par exemple ne pas accepter plusieurs documents dans le même envoi, s’agace Christophe, ou alors, lorsque le métier n’est pas précisé explicitement sur l’attestation, ils mettent ’métier indéterminé’. Ça va parfois plus vite de supprimer tout ce qui a été fait et de tout ressaisir ». Toutefois, Pôle emploi assure que le prestataire doit respecter le cahier des charges qu’on lui fixe.
    Plus d’algorithmes, moins d’humains... Mais un travail « plus complexe »

    Après la saisie, les données sont passées à la moulinette de l’#algorithme chargé de déterminer l’accès aux #droits et de calculer leur montant. Aujourd’hui, « plus de la moitié des dossiers d’allocation sont décidés automatiquement par l’algorithme de Pôle emploi », déclare Alexandra Nougarede, déléguée syndicale SNU FSU et conseillère depuis 20 ans. Une progression fulgurante, puisque au quatrième trimestre 2015, seuls 1 % des dossiers étaient traités automatiquement.

    Entre les #erreurs liées à la #sous-traitance et les automatismes de l’algorithme, les agents indemnisation se retrouvent avec"une charge de travail qui explose", estime Yoan Piktoroff. Selon Alexandra Nougarede, les « rattrapages manuels » des conseillers après le traitement par l’algorithme sont plus en plus fréquents, car « l’algorithme entraîne pas mal d’erreurs de calcul des droits ». Auxquels s’ajoute des « bugs réguliers ». D’ailleurs, « depuis le mois d’août, il y en a beaucoup sur l’actualisation », note-t-elle.

    Un travail de « rattrapage » d’autant plus important qu’il y a « de plus en plus de demandeurs qui cumulent des petits boulots et de moins en moins en CDI », juge le conseiller Pôle emploi. « Quand une personne a travaillé à temps plein avec un salaire équivalent tous les mois, c’est très facile à calculer par algorithme. Mais c’est bien plus difficile de calculer les situations complexes, lorsqu’il y a plusieurs employeurs, des salaires et des temps de travail variables », tranche Marie Lacoste.