• Peut-on chiffrer l’effet gilet jaune sur l’économie ? Par Marie Viennot (La bulle économique, France culture)
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-bulle-economique/peut-chiffrer-leffet-gilet-jaune-sur-leconomie
    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18355-16.11.2019-ITEMA_22204812-0.mp3

    Au niveau macro-économique, la réponse est non, mais ça n’empêche pas de faire des calculs et des déclarations (d’ailleurs changeantes au cours du temps).

    Des centaines de ronds point animés, des dizaines de chansons (ici et ici notamment), 400 peines de prison ferme. 4 000 blessés... des heures et des heures de Vrai débat, de Grand débat et de parole présidentielle... le bilan chiffré du mouvement des gilets jaunes n’est pas seulement économique et ses répercussions bien plus larges.

    Mais souvenez vous, quand le mouvement a commencé, et s’est durci, ce qu’en disait le ministre des finances. Bruno Le maire, le 10 décembre. Les gilets jaunes ? Une catastrophe pour l’économie.

    C’est la réalité des chiffres. Je pense que les événements actuels devraient nous faire perdre 0.1 point de notre richesse nationale au dernier trimestre. Bruno Le Maire à RTL le 10 décembre.

    Trois mois plus tard, Bruno Le Maire doublait ce chiffre, 0.2 point de croissance en moins en 2018 à cause des gilets jaunes !

    Aujourd’hui Bercy redit 0.1. D’où vient ce chiffre ? De l’Insee.

    Pour faire cette estimation, m’écrit l’INSEE "on regarde notamment les séries de consommation, à un niveau fin, c’est à dire secteur par secteur.. et l’on tente d’isoler les variations qui vont au delà de la variabilité habituelle de ces séries mensuelles... mais ces calculs sont très incertains" reconnait l’Institut National des Statistiques, car il est impossible de construire une situation contre factuelle.

    Dit plus simplement, il est impossible de savoir ce qu’aurait été le niveau de PIB sans les gilets jaunes, puisqu’il y a eu les gilets jaunes. C’est comme quand on essai de dire quel a été l’effet de la création de l’euro sur nos économies, on ne sait pas... car on ne sait pas comment elles auraient évolué sans l’euro. On n’a pas de point de comparaison.

    Même chose pour les gilets jaunes. S’ils ne s’étaient mobilisés que dans une région, on aurait pu comparer l’évolution du PIB dans cette région et dans les régions sans gilets jaunes... mais là, non, on ne peut pas. On n’a pas de contre factuel.

    Ce manque de contre factuel n’empêche pas de faire des estimations, sinon on ne pourrait étudier l’impact d’aucune politique publique, mais il faut toujours les considérer comme des estimations, "avec toute l’incertitude qui s’y attache" insiste l’INSEE.

    Une estimation n’est pas un chiffre. Parler de réalité des chiffres comme l’a fait le ministre en décembre et en février pour la croissance n’avait donc pas de sens. À part un sens politique...

    Ces réserves en tête, interessons nous à l’année 2019. Là c’est l’Observatoire français des conjonctures économiques qui a estimé l’effet des gilets jaunes, plus précisément des mesures annoncées par le président en décembre.

    Le salaire d’un travailleur au smic augmentera de 100 euros par mois, sans qu’il en coute rien à l’employeur. Les heures supplémentaires seront exonérées d’impots et de charges, dès 2019. Les retraités constituent une partie précieuse de notre natione. Poiur ceux qui touchent moins de 2000 euros par mois, nous annulerons en 2019, la hausse de CSG subie cette année. Le Président de la République, le 10 décembre 2018.

    Parmi les annonces du président, certaines ont juste été accélérées... mais en tout, il y en a pour 10 milliards d’euros de pouvoir d’achat redistribués aux ménages en 2019. Du jamais vu depuis 2007, et la loi Travait Emploi Pouvoir d’Achat qui a suivi l’élection de Nicolas Sarkozy. 10 milliards qui ont eu pour effet d’augmenter la croissance de 0.3 point en 2019, selon l’OFCE.

    Au final l’effet des gilets jaunes sur la croissance est positif.

    La crise annoncée dans le tourisme, le commerce, les PME n’a pas eu lieu au niveau macro économique en tout cas. Mais comme l’écrit le rapport parlementaire sur les "coûts économiques, sociaux et budgétaires des blocages, violences et dégradations commis en marge du mouvement des « gilets jaunes »" les moyennes masquent des situations individuelles extrêmes.

    [Partie inédite en ligne]Si on regarde par secteurs... le tourisme a été touché au début de l’année, 2.5% de fréquentations touristiques en moins dans les hôtels au premier trimestre 2019. Mais quelle est la part de l’effet Brexit et de la baisse des touristes britanniques, quelle est la part de l’effet du ralentissement chinois, la part des gilets jaunes ? Là encore personne ne peut le dire précisément puisqu’il n’y a pas de... contrefactuel (vous suivez ! ).

    Pour le commerce, il n’y a pas eu de baisse de la consommation globale. Bercy reconnait une situation paradoxale. Des commerces de centre ville, là où il y avait des mobilisations ont perdu du chiffre d’affaire, mais il a pu profiter à d’autres commerces ailleurs. Le centre national des centre commerciaux évoque une hausse de son indice de fréquentation de 0.7% sur les 9 premiers mois de l’année 2019, comparé à 2018.

    Toujours niveau macro, sur les 9 premiers mois de l’années, il n’y a pas d’effet sur les défaillances d’entreprises qui sont en baisse de 0.7% sur un an, selon la Banque de France. Peut être que sans gilet jaune, la baisse serait encore plus grande, mais c’est impossible à dire.

    Ce qu’on peut chiffrer précisément en revanche, c’est le nombre d’entreprises qui ont demandé à l’Etat de bénéficier de reports de paiement d’impôt parce qu’elles étaient affectées par la mobilisation. Ce fut le cas de 6 375 entreprises, sur 4 millions 500 000 entreprises.

    Ce que l’on peut chiffrer aussi, c’est le nombre d’entreprises qui ont mis leur salariés à temps partiel et ont demandé à bénéficier d’une aide de l’Etat. Il y en a eu 5292, pour 75 000 salariés... sur 25 millions de salariés.

    On voit donc que c’est assez limité globalement. Limité, mais concentré sur certaines zones, notamment les centres des villes où il y a eu beaucoup de manifestations ; et où des commerces ont perdu du chiffre d’affaire, voire fermé leur porte.

    De façon plus structurelle, ce mouvement a pu aussi faire changer des habitudes de consommation, reporter le shopping sur les zones périphériques, il y a donc des commerces pour qui l’effet négatif des gilets jaunes risque peut s’étaler au delà de ce mouvement. [Fin de la partie inédite]

    Le problème avec les mesures d’urgence gilet jaune, c’est qu’elles ont réduit les recettes de la sécurité sociale de presque 3 milliards d’euros, et n’ont pas été compensées par l’Etat.

    Ce qu’on a donné d’une main, on l’a en partie repris... et pas à ceux/ celles qui payaient l’ISF, comme le voulaient les gilets jaunes, mais à tous les Français. En première ligne pour l’augmentation de ses moyens, le personnel hospitalier est mobilisé et en grève depuis le printemps. Il manifestait cette semaine à Paris. Le Président a promis un plan d’urgence pour l’hôpital.

    On lui serait gré d’évaluer alors le coût à long terme de la dégradation des conditions d’accueil et de travail de l’hôpital public... même si cette évaluation est difficile à faire, on ne serait pas à une estimation près, et celle ci ne serait pas de trop.