Rezo

Le portail des copains

  • La misère sexuelle, un argument si pratique | Maïa Mazaurette
    https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2019/12/15/la-misere-sexuelle-un-argument-si-pratique_6022911_4497916.html

    CHRONIQUE. Pour notre chroniqueuse Maïa Mazaurette, ce qu’on appelle « misère sexuelle » désigne en réalité la « crise d’une certaine masculinité » : « un souci d’identité, de rapport au monde, de hiérarchie des corps ». Elle appelle à en finir avec ce concept. Source : Le Monde

    • #culture_du_viol #sexualité #misère #masturbation

      Que l’on parle de prostitution, de pornographie, de pédophilie, de culture du viol ou d’abstinence, quelqu’un finit toujours par mentionner le tragique destin des martyrs de la misère sexuelle. Pourvu que ces derniers soient des hommes, bien entendu. Côté femmes, le manque est rigolo (ah, les « nymphos »), dédramatisé (« les femmes n’ont pas de pulsions »), décrédibilisé (« il suffit aux femmes de traverser la rue pour trouver un partenaire »).

      Pour les hommes, en revanche, misère sexuelle partout ! Un argument pratique, compassionnel, véritable « petite robe noire » des débats sociétaux. C’est que la misère sexuelle se porte avec tout.

      (...) Ce « succès » est étrange : sauf handicap lourd, rien n’empêche les personnes délaissées de se masturber. En matière de « soulagement des pulsions », une masturbation vaut autant qu’un missionnaire.

      Précisons donc : si la présence de l’autre est requise pour se réchauffer les pieds, c’est de la détresse affective. Si l’on s’en tient à la reproduction de l’espèce, il faudrait inventer la détresse reproductive. Mais comment parler de misère sexuelle, quand le soulagement sexuel est une ressource dont toutes les personnes valides disposent en quantité infinie ?

      Si les valeurs viriles valorisent l’indépendance, alors cette indépendance doit s’appliquer aussi à la vie sexuelle.

      Enfin, je suis dérangée qu’on utilise le vocabulaire de l’indignation morale (la misère et ses misérables) à des fins immorales (excuser des comportements antisociaux ou dégradants). La misère sexuelle n’est qu’un cache-sexe. Pour résoudre le vrai problème, il va falloir mettre les mains.

      Et comme il y a seulement une femme sur deux qui s’est déjà masturbée en France, la « misère sexuelle » a un visage féminin. Tandis que la misère au masculin est surtout une manière de hiérarchiser les hommes qui ont moins accès que d’autres non pas au soulagement mais aux femmes.