Tradfem

La collective TRADFEM est née en 2013 autour de plusieurs projets de traductions, en particulier le texte d’Andrea Dworkin « Je veux une trêve de 24 heures durant laquelle il n’y aura pas de viol ». Ce texte a été travaillé par un petit groupe de gens qui ont alors souhaité prolonger cette collaboration. Celle-ci s’est ensuite étendue avec l’arrivée de nouvelles personnes. Aujourd’hui (2016), la collective rassemble une dizaine de membres, qui ne sont pas nécessairement des professionnel.le.s de la traduction et qui s’y investissent selon leurs possibilités respectives. TRADFEM est mixte avec des personnes vivant en France, au Québec, en Espagne et en Allemagne.

  • #CHÂTIER LE #PROXÉNÈTE ET LE #PROSTITUEUR : propositions de loi abolitionniste contre la prostitution en #Espagne
    https://tradfem.wordpress.com/2020/01/12/chatier-le-proxenete-et-le-prostitueur-propositions-de-loi-abolit

    « Nous demandons un sauvetage complet des femmes », disent des membres de Mujeres por la Abolición. La directrice de Feminicidio.net est du même avis : « L’abolitionnisme n’est pas une interdiction. Nous demandons la décriminalisation totale des femmes prostituées, ainsi que des soins psychologiques et des alternatives économiques comme le revenu de base, des mesures de réparation pour le préjudice subi, etc. »

    Les sanctions, selon elle, doivent porter sur « toutes les formes de proxénétisme », mais aussi sur la demande : sur les clients. « Des mesures auraient dû être prises dans ce pays. L’Espagne est le premier pays consommateur de prostitution en Europe et le troisième dans le monde, comment en sommes-nous arrivés là ? », demande Atencio. La loi sur la sécurité des citoyens, appelée « Loi Bâillon », prévoit déjà des amendes pour prostitution, tandis que certaines municipalités envisagent de sanctionner les clients. En outre, les abolitionnistes interviewées estiment qu’il est nécessaire que les forces de l’ordre et les fonctionnaires de l’État reçoivent une formation spécialisée pour les interventions auprès des victimes.

    Parmi les points fondamentaux de cette loi abolitionniste, elles proposent que les prostituées assassinées soient considérées comme des victimes officielles de la violence de genre. En Espagne, il y a peu de statistiques fiables sur le nombre de femmes prostituées, les clients ou le nombre de logements servant à la prostitution, de sorte qu’elles souhaitent également que l’État collecte ces données.

    Elles exigent également plus d’éducation affective et sexuelle à tous les niveaux d’enseignement pour s’attaquer au cœur de la prostitution : l’inégalité entre l’homme consommateur et la femme, qui apparaît dans cette équation comme un objet de consommation. Elles exigent également des campagnes publiques pour décourager la prostitution.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.cuartopoder.es/espana/2019/12/21/castigar-al-proxeneta-y-al-putero-asi-seria-una-ley-abolicionista-contra
    #système_prostitutionnel #modèle_nordique #violences_masculines #émancipation #politique_de_gauche