• Gilets jaunes : les racines de la colère
    https://www.latribune.fr/economie/france/gilets-jaunes-les-racines-de-la-colere-837037.html


    "Le sentiment de déclassement et de solitude" sont déterminants pour comprendre le mouvement des gilets jaunes selon le Conseil d’analyse économique.
    Crédits : Eric Gaillard

    Emploi, fiscalité locale, immobilier, associations, équipements publics et privés....dans une note éclairante, le conseil d’analyse économique (CAE), rattaché aux services du Premier ministre explique que la disparition des services de proximité et des commerces de détail ont amplement contribué à alimenter la colère des gilets jaunes.

    Colère sur les ronds-points, manifestations, violences,... pendant plusieurs mois, la révolte des gilets-jaunes a ravivé de nombreux débats sur les inégalités territoriales et la crise traversée par des populations dans des zones parfois délaissées par les pouvoirs publics et les entreprises. Pour tenter de mieux cerner les racines de ce malaise, le centre d’analyse économique (CAE), rattaché à Matignon, vient de publier une note éclairante sur les ressorts de ce mouvement social inédit. Pour les auteurs Yann Algan, Clément Malgouyres et Claudia Senik "la perte des lieux de socialisation semble participer au mal-être des territoires mobilisés dans le mouvement des gilets jaunes. A contrario, lorsque le tissu associatif local est plus dense, les expressions de mécontentement sont plus rares".

    Pour Philippe Martin, président de l’organisation, "il faut aller au delà des critères économiques [...] C’est surtout la variation des indicateurs dans le temps qui compte et pas forcément leur niveau". La prise en compte des indicateurs de bien-être paraît essentielle pour mesurer l’efficacité des politiques publiques. "L’impact de la concentration économique au niveau des métropoles par exemple peut avoir un impact négatif sur le bien-être [...] Il faut rééquilibrer les arbitrages entre l’économique et le bien-être" a-t-il ajouté lors d’un point presse. Alors que les élections municipales approchent à grand pas, l’exaspération de certaines catégories sociales devient un enjeu majeur pour de nombreux candidats et futurs élus.

    La fermeture des commerces de détail et des équipements publics alimente les colères
    Dans leurs travaux, les économistes ont testé plusieurs indicateurs sur des communes ayant connu des mobilisations de gilets jaunes et ont établi une hiérarchie des facteurs les plus robustes. Il apparaît que le déterminant le plus important est la fermeture des commerces de détail et de proximité et la disparition des équipements de santé comme les hôpitaux, les maternités ou les cabinets de médecin. Ainsi, selon les résultats communiqués par l’organisme de recherche, les communes qui ont "perdu un commerce alimentaire (épicerie, supérette ou supermarché) ont davantage de chance de connaître un événement gilets jaunes et une augmentation de l’abstention".

    Le désarroi de certaines populations a pu également être alimenté par la disparition de lieux éducatifs ou culturels. "La fermeture d’un lycée, d’un cinéma ou d’une librairie-papeterie est souvent associée à une plus forte probabilité d’un événement gilets jaunes dans la commune". Au sujet du bien-être, la disparition d’un équipement infirmier, d’un centre hospitalier peut également accroître le sentiment d’anxiété et les disparités géographiques. Ce qui a retenu l’attention des économistes est l’allongement des durées de trajet entre la commune et les équipements et pas forcément l’augmentation de la durée de transport entre le domicile et le travail.

    La fiscalité locale au coeur des mécontentements
    La fiscalité arrive en deuxième position des facteurs testés pour appréhender le malaises chez les gilets jaunes. Il faut rappeler que c’est la hausse d’une taxe sur les carburants qui a mis le feu aux poudres à l’automne 2018, même si les raisons de la colère étaient bien plus profondes.

    "Les analyses économétriques montrent que les communes qui ont connu un mouvement gilets jaunes sont celles où l’ensemble des impôts locaux ont, en moyenne, davantage augmenté que dans les autres communes" résument les économistes.

    Taux d’emploi et niveau de vie au centre du malaise
    La variation du taux d’emploi semble être un facteur déterminant pour comprendre le mécontentement de ces populations. "Concernant la satisfaction dans la vie et l’anxiété, la variation de l’emploi local exerce des effets sur tous les individus, avec une amplitude plus forte s’ils sont au chômage ou inactifs" expliquent les rédacteurs. En outre, les changements de niveau de vie, calculé avec le revenu disponible par unité de consommation plus précis que le PIB par habitant, peuvent être des moteurs de la mobilisation.

    "Plus le niveau de vie médian de la commune s’élève, moins on observe d’événements gilets jaunes. Quant à l’insatisfaction et à l’anxiété des individus, si elles dépendent du revenu de ces derniers, elles décroissent également avec le revenu médian de la commune : résider dans une commune devenue plus « riche » est associé à une anxiété individuelle plus faible" complète le centre de réflexion.

    Le tissu associatif, déterminant essentiel pour le lien social
    La crise des gilets jaunes a révélé la solitude de personnes qui avaient perdu tout lien social dans leur vie quotidienne, familiale ou professionnelle. Cette dimension, aux yeux des économistes, est fondamentale pour bien comprendre les enjeux sociaux derrière le mouvement des gilets jaunes. Ainsi, l’intensité du lien social a été mesurée par le biais de plusieurs indicateurs. Et il apparaît que le niveau du tissu associatif local peut jouer un rôle fondamental sur la présence de gilets jaunes. Le conseil d’analyse économique a ainsi observé que "l’augmentation du nombre d’associations rapporté à la population de la commune réduit la probabilité d’un événement gilets jaunes".

    Mener des politiques territoriales en faveur du bien-être
    Pour tenter de réduire ce malaise, les économistes ont fait plusieurs recommandations. Les politiques publiques territoriales doivent ainsi changer de méthode en "privilégiant les actions définies à partir des actifs et des acteurs spécifiques de chaque territoire, et mises en œuvre à l’échelon de gouvernance adéquat". Ils encouragent la mise en place de dispositifs tels "que « Action Cœur de ville  » (lancé en décembre 2017), « Territoires d’industries  » ou « Pactes territoriaux »". Ils invitent également à repenser l’accès aux services publics et aux services de proximité par des lieux hybrides favorisant le lien social.

    "Si le label du réseau « France services » favorise l’accès aux services publics, il s’agit également de favoriser l’accessibilité à certains services « de base » tels que le commerce de détail ou encore l’hébergement d’associations créatrices de lien social ou qui répondent à des besoins spécifiques de la population (par exemple, salarier un professionnel de santé)."

    • Territoires, bien-être et politiques publiques
      Note du CAE n°55
      http://www.cae-eco.fr/Territoires-bien-etre-et-politiques-publiques

      Pertes d’emplois, disparition de services publics et de commerces de proximité, effondrement du prix de l’immobilier, ou encore délitement du lien social : les sources du mal-être dans les territoires sont potentiellement nombreuses. Certains facteurs sont-ils plus déterminants que d’autres ? Dans cette Note du CAE, Yann Algan, Claudia Senik et Clément Malgouyres s’intéressent aux récentes évolutions de l’environnement local des individus et à leurs impacts sur la participation au mouvement des Gilets Jaunes, sur le mal-être déclaré et sur la variation du taux d’abstention lors des élections présidentielles. Ils recommandent de redéfinir les objectifs des politiques territoriales pour accorder plus de place aux critères de bien-être, de privilégier les projets initiés localement plutôt que des politiques centralisées et de favoriser l’accès aux services, qu’ils soient privés ou publics, afin de préserver le lien social dans les territoires.

      Cette Note a été présentée au cabinet de la Ministre de la cohésion des territoires en décembre 2019, au directeur de cabinet du Ministre de l’Economie et Finances le 9 janvier 2020, ainsi qu’aux cabinets du Président de la République et du Premier ministre le 10 janvier 2020.

      et le pdf de 12 pages, dense, avec de vrais morceaux de stats et d’économétrie dedans.
      http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/cae-note055.pdf