ARNđŸ˜·*

Geek dilettante habitant une belle et grande propriĂ©tĂ© sur la CĂŽte d’amĂ©thyste

  • 70 cas de Covid-19 dans les Ă©coles
    ▻https://www.lefigaro.fr/sciences/en-direct-deconfinement-confinement-covid-19-coronavirus-reouverture-ecoles

    Jean-Michel Blanquer : 70 cas de Covid-19 dans les Ă©coles

    Le ministre de l’Éducation national, Jean-Michel Blanquer, a annoncĂ© lundi matin que 70 cas de Covid-19 avaient Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©s dans les 40.000 Ă©coles depuis leur rĂ©ouverture la semaine derniĂšre.

    LIRE AUSSI : » DĂ©confinement : nouvelle journĂ©e test avec la rĂ©ouverture des Ă©coles

    Les Ă©coles concernĂ©es ont dĂ» fermer. « C’est d’abord l’illustration du fait que nous sommes stricts, a dit le ministre, invitĂ© de RTL. C’est tout simplement de la prudence Ă  chaque fois et l’application du protocole sanitaire strict. »

    Le ministre a cependant jugĂ© que les « consĂ©quences de ne pas aller Ă  l’école sont beaucoup plus graves. Il y a beaucoup de mĂ©decins qui ont dit qu’il Ă©tait moins dangereux d’aller Ă  l’école que de rester Ă  la maison. Nos enfants ne doivent pas ĂȘtre les victimes collatĂ©rales des mesures sanitaires. »

    Les consĂ©quences peuvent ĂȘtre psychologiques, alimentaires et entraĂźner le « dĂ©crochage scolaire ». « Ce phĂ©nomĂšne est ma premiĂšre prĂ©occupation », affirme Jean-Michel Blanquer. Il concerne avant tout les enfants de milieux dĂ©favorisĂ©s, dont on n’a pas de nouvelle, Ă©valuĂ©s Ă  500.000. « Il faut rĂ©habituer la sociĂ©tĂ© Ă  retourner Ă  l’école. Ce n’est pas secondaire, c’est fondamental. Nous irons chercher ces enfants au cours de ces semaines du mois de mai. »

    Jean-Michel Blanquer a cependant reconnu que 70% des Ă©lĂšves continuaient Ă  suivre actuellement la classe Ă  la maison, et non Ă  l’école.

    Plus tard aujourd’hui :

    Sept écoles fermées à Roubaix aprÚs un cas

    Sept Ă©coles de Roubaix (Nord), six publiques et une privĂ©e, sont fermĂ©es depuis lundi « Ă  titre de prĂ©caution » en raison d’un cas de Covid-19 parmi les Ă©lĂšves. 

    « Un cas de Coronavirus covid-19 a Ă©tĂ© confirmĂ© chez un enfant accueilli au sein du service minimum d’accueil Ă  Roubaix. L’Agence rĂ©gionale de santĂ© procĂšde aux investigations afin d’identifier l’ensemble des personnes qui ont pu ĂȘtre en contact rapprochĂ© avec le malade », explique le communiquĂ© publiĂ© tard dimanche soir. « Cet Ă©lĂšve ayant potentiellement Ă©tĂ© en contact avec des Ă©lĂšves accueillis dans des Ă©coles de la ville, le maire de Roubaix a dĂ©cidĂ© - Ă  titre de prĂ©caution et sur la base de l’avis de l’ARS - la fermeture temporaire de six Ă©coles », poursuit-il, prĂ©cisant qu’une septiĂšme Ă©cole, privĂ©e, a « suivi Ă©galement cette mesure de prĂ©caution ».

    Le ministre Jean-Michel Blanquer a indiqué ce matin que 70 cas ont été recensés dans les écoles depuis le 11 mai.

    Est-ce que toi aussi tu apprĂ©cies ces informations totalement approximatives, oĂč tu te demandes s’il n’y aurait pas un peu d’enfumage dans cette façon de tartiner trois paragraphes sur les « consĂ©quences du confinement » pour les enfants ?

    Alors que tu aimerais savoir si ces cas concernent des enfants (ça Ă©voque « un enfant » dans la deuxiĂšme dĂ©pĂȘche, comme ça en passant), s’il y a des transmissions aux enfants, entre enfants, et oĂč on en est pour savoir si oui ou merde les enfants peuvent ĂȘtre des porteurs sains.

    • Presque Ă  chaque fois ce sont des cas qui se dĂ©clarent en dehors de l’école, comme dans les exemples rĂ©cents donnĂ©s Ă  propos des abattoirs.

      Alors justement, « abattoirs » c’est le mot qu’on souhaitait Ă©viter pour parler de l’école de nos enfants.

    • Ne pas aller Ă  l’école pendant deux mois aurait des consĂ©quences graves ?
      Merci pour tous les enfants du monde qui ne vont pas ou sporadiquement Ă  l’école et seraient donc trĂšs atteints psychologiquement.
      Merci pour tous les malades chroniques, handicapĂ©s et autres qui ne peuvent pas aller Ă  l’école tous les jours, et parfois pas pendant des mois.
      Mais qui arrivent trĂšs bien Ă  avoir les diplĂŽmes qu’ils prĂ©parent.
      NON ne pas aller Ă  l’école pendant un certain temps n’est pas dramatique.
      Surtout si tu es dans un endroit plutÎt cool, avec parent-s, vidéo, téléphone, communications, internet.
      Est-ce que pour dire de telles conneries le type n’a aucune idĂ©e de ce qu’est la vraie vie, surtout pour les enfants ?
      Ça me rappelle quand j’ai emmenĂ© mon enfant en primaire Ă  Porto Alegre (BrĂ©sil), pour le forum social mondial, et je l’ai gentiment signalĂ© au directeur qui m’a dit « vous savez vous n’avez pas le droit de faire manquer l’école ». J’ai rĂ©pondu « vous voulez le tĂ©lĂ©phone de la DDASS ? » "Non, non non".
      Bilan, iel a appris Ă  monter aux arbres, Ă  jouer avec des enfants et des animateurs dont aucun ne parlait sa langue, manger des brochettes en pleine rue, habiter dans un appartement Ă©trange, dans un climat hyperchaud et humide.
      Jamais iel n’a oubliĂ©, c’est toujours un souvenir merveilleux.

    • Bah, quand j’avais amenĂ© le Minilecte aux grottes, c’était en sĂ©chant le dernier jour d’école. Quand j’avais brossĂ© Ă  grand trait notre destination, l’instit’ avait juste regrettĂ© de ne pouvoir venir.
      Il y a des gens qui amĂšnent leurs gosses faire le tour du monde et tout va bien.

      Ce n’est pas l’école qui est obligatoire, mais l’instruction.

      AprĂšs, en tant que gosse unique parent de gosse unique, je suis trĂšs convaincue par le rĂŽle de socialisation du bousin
 mĂȘme si parfois, je reste septique sur le type de socialisation qu’on y trouve hĂ©las trop souvent


    • Le problĂšme, @perline, c’est le fossĂ© qui se creuse entre ceux et celles pour qui c’est gĂ©nial, de tester l’école Ă  la maison, et ceux et celles qui n’ont pas de parents dispo, francophones, aimants, etc. pour continuer l’instruction. Envoyer ces dernier·es Ă  l’école, c’est la peste ou le cholĂ©ra. Et les mĂšres des premier·es sont en train de pĂ©ter des cĂąbles tellement leur charge de travail a augmentĂ© de partout. Insoluble. J’aimerais pas ĂȘtre Blanquer (mais il paye son choix d’ĂȘtre allĂ© en guerre avec les profs depuis trois ans).