Davduf

#UnPaysQuiSeTientSage (cinéma, 30.9.20), #DernièreSommation (Grasset), Allo Place Beauvau, punk rock, sousveillance et contre-filatures. davduf@davduf.net

  • Dix questions à l’IGPN - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/120620/dix-questions-l-igpn?onglet=full

    À l’image de Christophe Castaner, qui nous a toujours opposé le silence depuis la création d’Allô Place Beauvau, Brigitte Jullien, cheffe de l’Inspection générale de la police nationale #IGPN, a refusé de répondre à nos questions. Les voici : il n’est jamais trop tard.

    Brigitte Jullien, cheffe de l’Inspection générale de la police nationale, a refusé de répondre à nos questions. Les voici. Puisqu’il n’est jamais trop tard.

    1. Dans la collection de rapports que nous avons analysés en profondeur, il apparaît clairement que tout est fait pour éviter d’avoir une vision juste sur le long terme de votre activité. Des indicateurs disparaissent d’une année sur l’autre, des modes de comptage diffèrent, de nouvelles catégories surgissent. Doit-on y voir un manque de transparence certain ?

    2. Pourquoi avoir supprimé les données concernant les discriminations dans l’édition 2019 ?

    3. Pourquoi depuis 2015 les données sur les « Violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » ne sont plus indiquées en chiffres bruts mais en pourcentages, rendant opaque leur lisibilité ?

    4. Savez-vous pourquoi votre rapport 2019 a été mis sous le boisseau pendant deux mois ?

    5. Dans votre éditorial, qui ouvre le rapport 2019, vous écrivez que « l’IGPN a désormais une triple ambition » et la première d’entre elles serait : « valoriser l’institution et ses agents ». N’est-ce pas un aveu complet de votre dépendance ?

    6. Page 21 du même rapport, pour expliquer une utilisation moindre du LBD en 2019 qu’en 2018, notamment en novembre-décembre 2018, au début du mouvement des gilets jaunes, il est dit : « La médiatisation de certaines blessures et les réactions suscitées par l’utilisation de cette arme ont vraisemblablement joué un rôle inhibiteur pour les forces de l’ordre. » Cela rejoint vos déclarations, l’année dernière, selon lesquelles la police ne ferait pas l’économie d’un débat sur l’usage des LBD. Où en est ce débat ? Où sont vos analyses ?

    7. Lundi 8 juin, Christophe Castaner a appelé à « une réforme en profondeur des inspections du ministère de l’intérieur », pour plus de « transparence » et « plus de cohérence et plus d’indépendance dans leur action vis-à-vis des services ». Le ministre a expliqué souhaiter que l’Inspection générale de l’administration (IGA) dirige désormais « les enquêtes administratives les plus difficiles et les plus complexes concernant les forces de police et de gendarmerie ». Un désaveu pour votre institution ?

    8. Faut-il déconnecter la police des polices du ministère de l’intérieur, pour la placer sous l’égide de celui de la justice ?

    9. Que pensez-vous des modèles danois ou anglais (Independent Office for Police Conduct) qui intègrent des personnalités hors du champ policier dans les enquêtes sur la police ?

    10. Quel est votre motif de classement préféré choisi par les parquets à partir de vos propres enquêtes ? Infraction insuffisamment caractérisée ? Auteur non identifié ? Exploitation vidéosurveillance insuffisante ?