• M. Emmanuel Macron nomme préfète de la Corrèze LA lobbyiste de Veolia, Suez et SAUR...

    Personal testimony Marc : sous notre casquette de consultant, nous avons éjecté il y a quelques années (sous Hollande), à la faveur d’un réjouissant imbroglio, Veolia de Tulle, qui est revenue en gestion publique de l’eau.

    Aujourd’hui, avant que de s’acagnarder à Brégançonj, M. Macron nomme Mme Baa préfète de la Corrèze.

    Eu égard aux exploits du culbuto à Tulle, nul ne pourra douter que la campagne des présidentielles est lancée...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Salima_Saa

    • Dans mon département aussi, ça place des pro LaREM (en lieu et place de la fille de Philippe Séguin — toujours se serrer les coudes dans l’oligarchie)

      Pour succéder à Catherine Séguin, le choix du gouvernement s’est porté sur Xavier Brunetière. Cet énarque et diplômé de Sciences Po Paris a été pendant trois ans le conseiller Outre-Mer d’Edouard Philippe à Matignon . Suite à la démission du Premier ministre, il avait rejoint au début du mois de juillet l’inspection générale de l’administration. M. Brunetière a démarré sa carrière dans la préfectorale en 2003 au Puy-en-Velay, comme secrétaire général de la préfecture de Haute-Loire. En 2005, il obtient son premier poste Outre-Merc, nommé sous-préfet de la Trinité en Martinique. De 2008 à 2011, il est conseiller technique au cabinet du ministère de l’Outre-Mer. En 2011, il rejoint l’île de la Réunion en tant que secrétaire général de la préfecture. Il y restera jusqu’en 2015, date à laquelle il est rappelé en métropole pour occuper les fonctions de directeur général de l’ANTS (Agence nationale des titres sécurisés). En mai 2017, Edouard Philippe l’avait donc appelé à son cabinet en tant que conseiller Outre-Mer.

      Un bon parcours de baltringue → je me souviens très bien du démarrage de l’ANTS. Et les Réunionnais n’ont eu qu’à se féliciter des services de l’État qui ont laissé faire la nouvelle route littorale (chantier… serpent de mer). https://reporterre.net/La-Reunion-renonce-a-finir-l-absurde-nouvelle-route-du-littoral