Recriweb

« Mettre le vieux monde en pleine lumière, travailler positivement à la formation du nouveau » [Marx] ... et « expliquer patiemment » [Lénine]

  • — Improvisations et arrangements : entretiens avec #Dominique_Fourcade | Avec Alain Veinstein, « La permission de minuit », France Culture, janvier 1984 (extrait).

    Je répondrai qu’on peut être poète sans utiliser des mots et sans travailler la langue. Autrement dit, on peut être poète ailleurs que dans le domaine de la langue et de l’écriture. Moi, je ne suis poète qu’avec la langue, avec des mots et en les écrivant, ces mots. Mais ce n’est pas du tout, du tout pour moi la seule façon dont la poésie a eu lieu depuis que la poésie existe. Pas du tout. La poésie peut vraiment avoir lieu dans toutes sortes de domaines. Un prodigieux #poète contemporain dans un domaine qui n’a rien à voir avec l’écriture, qui est celui de l’athlétisme, c’est Carl Lewis, par exemple, le champion du 100 mètres dans l’équipe des États-Unis quand il produit une double accélération sur le 100 mètres. Il est véritablement un très grand poète de la chose qu’il a à faire, c’est-à-dire qu’il produit un événement à l’intérieur d’une activité qui peut se dérouler sans événement. Lui en produit un. C’est la production de cet événement, c’est dans cette production que réside pour moi l’acte poétique. 

    #poésie