martin dufresne

traducteur proféministe et humoriste irrévérent au Québec

  • Le paradis du proxénète
    Les bordels légaux du Nevada sont un désastre pour les femmes, écrit la journaliste d’enquête Julie Bindel, dans The Spectator (édition US), 14 octobre 2020
    Version originale : "https://spectator.us/pimps-paradise-legal-brothels-nevada"

    « Ce qui se passe à Vegas demeure à Vegas" dit le dicton populaire. On pense que cette phrase provient en partie des bordels légaux du Nevada, où les hommes sont assurés de l’anonymat. Ces bordels ont été considérés comme une industrie de services nécessaire dans la région depuis le XIXe siècle, lorsque le Nevada était presque entièrement peuplé de chercheurs d’or masculins. Il y a actuellement 21 bordels légaux en activité dans sept des comtés du Nevada, et j’en ai visité sept - en tant que journaliste et non en tant qu’acheteur de sexe. Ce que j’y ai vu et appris était horrible.

    Décrites par une ancienne prostituée du Nevada comme des "pénitenciers pour chattes", les bordels du Nevada ne sont autorisés que dans les comtés de moins de 400 000 habitants, afin de ne pas offenser les résidents.

    Les bordels légaux sont souvent décrits comme amusants et inoffensifs, comme dans le film Cathouse de HBO, une série documentaire sur le Moonlite BunnyRanch au Nevada. La réalité est tout autre. Les bordels légaux abritent les femmes les plus cruellement maltraitées, souvent pimpées, contrôlées et traitées comme rien de plus que des marchandises.

    Mais un changement pourrait être en marche. (...)

    https://tradfem.wordpress.com/2020/10/16/le-paradis-du-proxenete