• « Hier ist kein Warum » (Ici il n’y pas de pourquoi) - Les mots sont importants (lmsi.net)
    https://lmsi.net/Hier-ist-kein-Warum-Ici-il-n-y-pas-de-pourquoi

    Un article remarquable, paru dans La Vie le 30 octobre 2020, revient sur la teneur sidérante des échanges qui ont eu lieu, à l’initiative de la Fédération des centres sociaux, entre les lycéennes et lycéens et la secrétaire d’État chargée de la #Jeunesse et de l’Engagement. Sic. Mais de quel « engagement » ? Celui qui fait avancer tête baissée, à l’aveugle, et foncer dans le tas sans jamais se poser la question du pourquoi et du comment dudit engagement ? Si l’idée nous vient, à entendre les diatribes répétées de la représentante politique qualifiant le lycée d’ « espace sacré », de « sanctuaire » ou de « lieu vibrant hors du temps et de l’espace », de suggérer de remplacer l’intitulé « et de l’Engagement » par cet autre « et de la Foi », on s’abstiendra de cette #injustice, tant il existe de croyantes et de croyants qui, à l’opposé de nos clercs « néo-laïcistes », ne cessent d’interroger, de questionner, y compris leur foi et leur rapport à celle-ci. Cet événement dont il existe des extraits accablants nous rappelle les propos tenus en 2015 par la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Najate Vallaud-Belkacem avait énoncé, au sujet des « questionnements » des élèves, qu’ils étaient tout simplement « insupportables ». Nous republions un article de Noëlle Cazenave-Liberman consacré à cet épisode de 2015, afin de revenir aux sources de ce tournant dogmatique, autoritaire et théocratique de la République française. Un tournant de plus en plus gravement, pathétiquement et brutalement anti-jeunes – car il faut prendre la mesure du fossé d’incompréhension, de mépris, et même de haine que creusent actuellement des dirigeants incapables d’affronter la contradiction, l’objection argumentée, ou le refus d’obtempérer quand une ministre a pour seule réponse une injonction à chanter en choeur La Marseillaise... Des dirigeants qui, face à la vanité de leurs effets d’#autorité, en viennent à la menace, diligentent une inspection contre les centres sociaux, coupables de n’avoir pas su museler comme il faut son bétail, et font savoir publiquement que « le sujet de la ministre c’est de savoir comment les débats ont été encadrés pendant quatre jours pour que des jeunes se sentent assez à l’aise pour dire que les lois de la République sont islamophobes devant une ministre ». Parce qu’un pays dont la secrétaire d’État à la jeunesse s’inquiète lorsque ladite jeunesse est « à l’aise » pour s’exprimer, cela quand par ailleurs la liberté d’expression est célébrée partout comme une invention française, une spécialité française, un trésor national, est un pays mal parti, il nous a paru utile de sonner l’alarme, et de republier ce texte salutaire.

    #Liberté_d’expression #DTC