CEPED_MIGRINTER_ICMigrations_santé

Fil d’actualités Covid19-Migration-santé (veronique.petit@ird.fr) relié à CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS.

  • Le vaccin russe Spoutnik-V arrive en Europe, et il entrera par la Hongrie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/17/covid-19-la-hongrie-s-apprete-a-importer-des-doses-de-vaccin-russe-spoutnik-

    Alors que le pays a été largement épargné par la première vague de Covid-19 au printemps, grâce aux mesures de confinement prises très tôt, la situation hongroise est désormais bien plus inquiétante face à la deuxième vague. Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le pays se positionnait en troisième position continentale, lundi 16 novembre, au vu de son taux de mortalité pour 100 000 habitants, derrière la République tchèque et la Belgique. Et si le taux de contamination est plus faible qu’ailleurs, c’est surtout parce qu’il est très difficile de se faire tester en Hongrie. Alors que les pays voisins ont pris des mesures dès octobre, « chez nous, la deuxième vague est arrivée en septembre, mais le gouvernement n’a pris aucune mesure au départ », dénonce ainsi Zoltan Szabad, président de l’Union médicale hongroise, principal syndicat de médecins du pays.
    En septembre et en octobre, M. Orban a maintenu l’ouverture au public des matchs de football alors même qu’ils se jouaient à huis clos dans la plupart de l’Europe. Et il avait ensuite expliqué qu’il était hors de question de stopper l’économie, comme en mars et avril. Mais la situation est vite devenue inquiétante dans plusieurs hôpitaux, notamment à Györ, dans l’ouest du pays. « Le Covid est partout et Orban ne fait rien », s’inquiétait même une conseillère du premier ministre, début novembre. « Nous avons reçu des informations inquiétantes de plusieurs hôpitaux, mais, en Hongrie, un médecin n’a pas le droit de parler à la presse », rappelle M. Szabad. Filmer les hôpitaux est même interdit depuis que plusieurs scandales ont montré l’état déplorable de certains établissements.
    Le gouvernement hongrois a libéré des lits et acheté des milliers de respirateurs, mais le véritable problème est le manque de personnel, comme dans beaucoup de pays de la région. Les hôpitaux ont subi une hémorragie des professionnels de santé, partis mieux gagner leur vie en Europe de l’Ouest. « Le nombre de médecins et d’infirmières est limité », a ainsi convenu M. Orban, le 13 novembre. De larges augmentations de salaires, réclamées depuis des années, ont été subitement accordées. Avant que M. Orban se résolve à ordonner un reconfinement, entré en vigueur le 11 novembre. « Nous l’attendions avec impatience », indique M. Szabad.

    #Covid-19#migrant#migration#hongrie#systemesante#sante#personnelmedical#travailleurmigrant#ue#crise