Tradfem

La collective TRADFEM est née en 2013 autour de plusieurs projets de traductions, en particulier le texte d’Andrea Dworkin « Je veux une trêve de 24 heures durant laquelle il n’y aura pas de viol ». Ce texte a été travaillé par un petit groupe de gens qui ont alors souhaité prolonger cette collaboration. Celle-ci s’est ensuite étendue avec l’arrivée de nouvelles personnes. Aujourd’hui (2016), la collective rassemble une dizaine de membres, qui ne sont pas nécessairement des professionnel.le.s de la traduction et qui s’y investissent selon leurs possibilités respectives. TRADFEM est mixte avec des personnes vivant en France, au Québec, en Espagne et en Allemagne.

  • #Suzanne_Moore : Les femmes doivent avoir le droit de s’organiser. Nous ne serons pas réduites au silence !
    https://tradfem.wordpress.com/2020/11/17/une-grande-journaliste-pete-les-plombs

    La plupart des gens veulent que le minuscule pourcentage de la population qui est transgenre ait la meilleure vie possible. La meilleure vie possible en serait une qui serait libre de violence masculine. Ce ne sont pas les féministes qui assassinent les transgenres, même si c’est l’impression que vous auriez en ne vous fiant qu’à Twitter pour vous informer.

    La violence masculine est un problème pour les femmes, et c’est pourquoi nous tenons à conserver des espaces non mixtes. Les femmes vulnérables qui peuplent des refuges et des prisons doivent pouvoir vivre dans un environnement sûr – l’ennemi commun ici est le patriarcat, vous vous souvenez ? Comment en sommes-nous arrivées à une situation où un nombre choquant et croissant d’adolescentes se présentent dans des cliniques spécialisées en disant souffrir d’une dysphorie de genre, alors que d’autres qui ont vécu une transition sont maintenant pleines de regrets et infertiles ?

    Les femmes ont le droit de dénoncer les hommes violents qui sont auteurs de viols. Nous avons le droit de parler et de nous organiser sans qu’on nous dise que la parole est elle-même dangereuse. Vous pouvez m’enjoindre à votre guide de « crever dans un fossé, espèce de TERF », comme beaucoup le font depuis des années, mais je m’identifie comme une femme qui ne se laisse pas abattre tranquillement.

    Nous sommes plus nombreuses que vous ne le pensez.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.theguardian.com/society/commentisfree/2020/mar/02/women-must-have-the-right-to-organise-we-will-not-be-silenced
    Suivi d’un commentaire de #Julie_Bindel