Reka

géographe cartographe information designer - rêveur utopiste et partageur de savoirs

  • Président #Trump, an IV : l’heure de la terre brûlée

    #fin_d_empire

    https://www.lemonde.fr/chroniques-de-la-presidence-trump/article/2020/11/22/president-trump-an-iv-l-heure-de-la-terre-brulee_6060678_5077160.html

    Gilles Paris dépité :) Mais bien.

    Depuis le 3 novembre, la présidence Trump hésite entre le drame et la bouffonnerie. Le battu diffuse courriels sur courriels qui disent que l’heure est grave avec des accents churchilliens. Il y dénonce, tout en demandant de l’argent à ses fidèles, la vilenie sans limites des démocrates dont on ne voit pas trop bien ce qu’on pourrait faire à part les embastiller tous, ou bien les torturer un petit peu pour l’exemple, puis il s’en va golfer.

    Ce qui lui reste d’avocats claironne matin et soir qu’un complot de dimension historique est sur le point d’être mis au jour. Qu’une fraude électorale transitant par le Venezuela, la Chine, Cuba, l’Espagne et l’Allemagne (on déplore personnellement l’absence de la Corée du Nord), a privé le président de sa victoire. Que les démocrates sont incapables de démontrer qu’ils n’ont pas triché, comme si la charge de la preuve leur revenait.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux Etats-Unis, l’obstination de Donald Trump à nier sa défaite fracture le camp républicain

    Donald Trump ne gouverne plus, ou presque. Son agenda officiel est vide un jour sur deux. Il a brièvement participé au sommet virtuel du G20, samedi 21 novembre, pour dire tout le bien qu’il pensait du président des Etats-Unis, puis il est parti en grand équipage vers les greens de Virginie pendant que ses pairs débattaient d’une bricole, la pandémie de Covid-19.

    Il n’a plus la tête aux affaires de l’Etat, après bientôt quatre années de temps partiel, parce qu’il est rongé par une défaite qu’il veut pouvoir repousser en la niant. Abandonnée à elle-même, son administration fait exécuter quelques condamnés à mort, au mépris de la trêve habituellement respectée par temps de transition, parce que cela plaît au président. Elle accélère la cadence pour lancer des forages pétroliers dans un sanctuaire naturel en Alaska parce qu’il y tient aussi. Et elle annonce, au grand dam de la Réserve fédérale, l’interruption de programmes de soutien à l’économie, pour que son successeur débute son mandat dans les pires conditions.
    Lire aussi Etats-Unis : un conseiller de Donald Trump promet une transition en douceur
    Rien d’une démocratie

    C’est l’heure où l’on brûle ce qui peut être brûlé et piège ce qui s’y prête. On ne sera pas surpris si, le 20 janvier au matin, le président fait la tournée des bureaux de la West Wing pour arracher les prises et défoncer à coups de club de golf le standard téléphonique avant de répandre de l’huile de vidange sur le carrelage du vestibule.

    La défaite ne révèle rien de plus que la présidence n’a pas fait affleurer. Donald Trump ne mentionnait guère la démocratie dans ses discours parce qu’il n’aime pas ses principes ni ses lois. Lorsqu’il avait été battu par le sénateur du Texas Ted Cruz dans l’Iowa, lors de la première étape des primaires républicaines, en février 2016, il avait rapidement dénoncé une tricherie. Puis il avait assuré des mois durant que son adversaire démocrate, Hillary Clinton, ne pourrait triompher que de cette manière, tout comme Joe Biden quatre ans plus tard.

    Donald Trump n’a que faire de l’effet corrosif de ses accusations de fraude utilisées pour salir les autres, entonnées mécaniquement par des fidèles entretenus des années durant dans l’illusion des faits alternatifs. Ces derniers sont imperméables au caractère grotesque de l’avocat du président, Rudy Giuliani, devenu le vieil oncle embarrassant d’un Parti républicain tétanisé. Le maquillage de l’ancien maire de New York a symboliquement fait naufrage en deux coulées sombres, de part et d’autre de son visage, le 19 novembre, alors qu’il énonçait des théories du complot avec une jubilation gênante au cours d’une mémorable conférence de presse.

    C’est à cet instant que la bouffonnerie cède la place au drame. Celui d’un pays qui découvre qu’il est aisé de ne pas respecter les règles d’un contrat social plus que bicentenaire. Que les Pères fondateurs n’ont pas prévu qu’un butor sans égal puisse piétiner le jardin institutionnel laissé en héritage. Et qu’une molle dictature de la veulerie défie une République soudainement intranquille.