• COVID-19, achat des vaccins et droit des contrats

    On apprend coup sur coup que l’UE, par voie d’avenant, fait l’acquisition de 300 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer, puis que la France rétribue quatre cabinets de conseil (internationaux) pour l’aider à mettre en œuvre sa stratégie nationale de vaccination.

    Sous réserve que l’info m’ait échappé, il appert qu’aucun media, aucune institution, ONG, syndicat, etc, n’ont procédé aux démarches les plus élémentaires face à pareilles nouvelles.

    Concernant les contrats passés par l’UE avec des labos pharmaceutiques, quelle est la nature juridique précise de ces contrats « européens », autrement dit de quel « droit » dépendent-ils ? Le droit européen, les droits nationaux ? Le droit de la concurrence a-t-il été respecté ? Quid de la procédure d’appels d’offres, du choix des candidats, quid des droits et obligations réciproques, quid des avenants, etc, etc…

    S’agissant des contrats passés avec au moins quatre firmes de conseil par le gouvernement français pour l’aider à mettre en œuvre sa stratégie vaccinnale, idem. Quelle est la structure qui a passé ces contrats ? Dans quel cadre juridique, y a-t-il eu un appel d’offres, quel était le cahier des charges, les modalités du choix, etc, etc.

    Au lieu de quoi on a les braillards de présidents de région en campagne pour leur réélection, qui racontent littéralement n’importe quoi ; quant aux medias…

    Une vacuité sidérale du personnel politique, de la société civile…

    Les dangers à venir pour la démocratie sont tout autant dans cette faillite abyssale que dans la danse du scalp des illuminés du Capitole.

    Et tout particulièrement en France et dans les pays du Club Med, qui, contrairement à la RFA et aux pays nordiques, n’entendent rien au droit, s’en désintéressent totalement, au profit des logorrhées ineptes des braillards habituels qui composent la majorité de notre personnel politique et des représentants auto-proclamés de la « société civile »…