marielle

« vivere vuol dire essere partigiani » Antonio Gramsci

  • Universités : le temps de désobéir est venu.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/01/universites-le-temps-de-desobeir.html

    Nos étudiant.e.s n’en peuvent plus. Celles et ceux qui n’ont pas encore abandonné, celles et ceux qui n’ont pas encore sombré dans la dépression ou dans des comportements compulsifs nous le disent chaque jour : ils et elles ne s’attendent plus à rien. Et c’est peut-être ce qu’ils nous disent de plus terrible. Ils et elles ne s’attendent plus à ... rien. Ils se refusent même à espérer vu que chacun de leurs (minces) espoirs est douché, rincé, lessivé, soit par l’absolu et souverain mépris du gouvernement qui n’a jamais un mot pour eux, soit par l’incurie des directives ministérielles qui prétendent ordonner un impossible, soit par la parole même des équipes administratives et pédagogiques qui ne peuvent qu’annoncer une consigne la veille et l’annuler le lendemain. Nous ne fabriquons plus rien d’autre que du renoncement et de la résignation. C’est encore plus qu’insupportable, c’est au-delà de l’anormal, et ce sera désormais sans moi...
    Et si on vient m’expliquer que c’est irresponsable, alors je prendrai mes étudiant.e.s et mes étudiants et je ferai ce que racontait l’année dernière le président : je traverserai la rue. Simplement ça. Car de l’autre côté de la rue de l’IUT où j’enseigne à des jeunes gens et jeunes filles entre 18 et 20 ans qui sont 60 par promo mais dans des amphis de 120 places, de l’autre côté de la rue de l’IUT où j’enseigne, il y a un lycée disposant de BTS et de classes prépa ou d’autres enseignants donnent depuis septembre sans jamais aucune interruption des cours en présentiel à des jeunes gens et des jeunes filles entre 18 et 20 ans dans des classes de 35 places peuplées de parfois plus de 35 élèves.