CEPED_MIGRINTER_ICMigrations_santé

Fil d’actualités Covid19-Migration-santé (veronique.petit@ird.fr) relié à CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS.

  • Covid-19 : au Liban, dix jours de confinement intégral dans un pays aux abois
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/13/covid-19-au-liban-catastrophe-sanitaire-dans-un-pays-aux-abois_6066041_3210.

    Pendant dix jours, les Libanais ne pourront donc pas sortir de chez eux, que ce soit pour aller travailler, faire des courses, faire de l’exercice physique ou promener leur animal domestique. Le ravitaillement des foyers dont les réserves s’avéreraient insuffisantes se fera par livraison à domicile. Le flux de voyageurs à l’aéroport sera réduit à 20 % de ce qu’il était avant l’apparition du virus. Certaines professions seulement, considérées comme essentielles, comme les boulangers, les pharmaciens et les travailleurs des secteurs médical et alimentaire, pourront continuer à circuler. Pour les Libanais, dont le niveau de vie s’est effondré, c’est un nouveau coup de massue.« La tragédie à laquelle nous assistons dans les hôpitaux nécessite des mesures drastiques », a déclaré le président Michel Aoun. De fait, le système de santé est au bord de la rupture. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le taux d’occupation des lits en unité de soins intensifs est de 95 %, et celui des lits standards de 85 %.
    Un hôpital complètement saturé a récemment contraint la Croix-Rouge, chargée du transport des personnes contaminées, à abandonner un malade dans la rue, devant la porte de l’établissement. Les soignants d’un autre établissement, également confronté à un manque de places, ont commencé à soigner des patients dans leur voiture. L’épidémie avait été maintenue sous contrôle jusqu’à l’été 2020, grâce à un premier confinement très respecté. A la veille de la tragique explosion dans le port de Beyrouth, le 4 août 2020, les autorités recensaient moins de deux cents cas par jour. Le pays passait pour un modèle dans la gestion de la maladie. Mais, sous la pression de la population, étranglée par les difficultés, le gouvernement a lâché la bride. Le deuxième confinement, à l’automne, trop court et mal respecté, n’a presque pas eu de répercussions.
    La levée de la quasi-totalité des restrictions pendant les fêtes de Noël et du Nouvel An a précipité la catastrophe. Le nombre de contaminations quotidiennes est passé d’une moyenne de 1 500 à 4 500 en quelques jours et, mardi 12 janvier, le pays a enregistré trente-deux décès. « On s’attend à un gros afflux de malades dans les hôpitaux, confie Firas Abiad, le directeur de l’hôpital public Rafic-Hariri de Beyrouth, à la pointe dans la lutte contre le SARS-CoV-2. Pourrons-nous accroître nos capacités pour y faire face ? Le manque de ressources humaines constitue un premier obstacle. Tous les établissements ont perdu un nombre non négligeable d’infirmiers et de médecins, qui ont migré vers l’étranger, en quête de stabilité, ou sont tombés malades.Les hôpitaux privés, qui représentent 80 % de ce secteur, rechignent aussi à augmenter le nombre de lits réservés aux patients atteints du Covid-19, tant que l’Etat ne s’acquitte pas de sa dette à leur égard. Et on voit mal comment, dans un pays en quasi-banqueroute, les tiers payants publics pourront rapidement régler ces arriérés, qui se chiffrent en milliards de livres libanaises.

    #Covid-19#migrant#migration#liban#personnelmedical#emigration#sante#medecin#infirmier