• IHU : comment on traque les variants (et les visons) à Marseille

    « Le foyer initial italien, du nord de l’Italie, est associé de manière géographique, très nettement, avec des élevages de visons. Il est possible que cela ait été un amplificateur du début de l’épidémie en Europe. »

    « Personnellement, je pense que les élevages de visons sont un réservoir incontrôlable », ajoute Didier Raoult.

    « Il y a, semble-t-il, un virus prélevé de cet élevage éliminé en France [1 élevage sur les 4 existants en France à été détruit], qui est séquencé ou en cours de séquence, mais qui n’est pas disponible, ce qui est très regrettable », dénonce le spécialiste des maladies infectieuses.

    « Je le regrette, car on a besoin de savoir quelle est l’origine de ce variant tellement différent. Je pense que toutes les données devraient être disponibles tout le temps, nous c’est ce qu’on fait à l’IHU. Je ne comprends pas que les autres ne le fassent pas. Cela nous permettrait de voir si ce mutant que nous avons ici provient des élevages français ».

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/covid-19-comment-ihu-mediterranee-infection-marseille-t